Rothko

Discover The Lost

(Trace Recordings / Import)

 date de sortie

08/07/2016

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 tags

Post-Rock / Rothko / Trace Recordings

 liens

Rothko
Trace Recordings

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Une compilation parue en 2008 (et positivement relayée sur ces pages), puis plus aucune nouvelle du groupe  : nous avions toutes les raisons de croire que Rothko s’était séparé. Et, de fait, les membres de la formation anglaise avait tracé leur route chacun de leur côté jusqu’à ce que, à la faveur d’un concert, ses deux principaux acteurs se retrouvent et décident de réactiver ce projet. Musicalement, le temps ayant passé, on était assez curieux d’entendre ce que les Britanniques allaient pouvoir proposer, dans un contexte où leurs compositions se trouvent toujours structurées autour de deux basses.

Alors que, par le passé, Rothko avait pu passer d’un math-rock fiévreux à un post-rock plus alangui, le groupe paraît opter, sur Discover The Lost, pour un moyen terme, les basses livrant à la fois un jeu parfois assez rapide, mais l’arrière-plan étant suffisamment dépouillé et les quatre-cordes suffisamment agrémentées de réverbérations pour conserver une part atmosphérique. Comme sur leurs précédents travaux, Mark Beazley et Michael Donnelly n’hésitent pas à jouer de leurs basses en accords ou d’aller loin sur leurs manches, chercher les notes les plus aiguës, afin de proposer des attraits plus mélodiques. De même, la participation d’un clavier permet d’installer des nappes et accompagnements plus chaleureux.

Très loin des effets démonstratifs et des rodomontades que servent parfois certains groupes opérant dans un registre voisin, Rothko parvient donc à offrir un long-format tout aussi convaincant que cohérent, en ce qu’il constitue une étape supplémentaire de son parcours. Cette pertinence nous conduit même à nous demander comment font Beazley et Donnelly font pour ne pas nous lasser, bien que le disque ne dure que quarante-et-une minutes, compte tenu de leur matériau somme toute assez réduit. Le fait qu’on se pose une telle question traduit bien l’enthousiasme ressenti à l’écoute de ce Discover The Lost, que l’on qualifiera alors comme nouveau point de départ.

François Bousquet
le 21/08/2016

À lire également

Philippe Petit & Friends
Silk-Screened
(Trace Recordings)
Rothko
A Continual Search for Origins
(Too Pure)
Rothko
A Life Lived Elsewhere
(Trace Recordings)
Yellow6 - Rothko - Landing
New Found Land
(The Music Fellowship)