Yokotsuka Yuuya

Return to Nature

(Kaico / Import)

 date de sortie

09/07/2014

 genre

Electronique

 style

Electronica / Expérimental / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Electronica / Expérimental / Kaico / Néo-Classique / Yokotsuka Yuuya

 liens

Kaico
Yokotsuka Yuuya

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Yokotsuka Yuuya avait sorti un premier album chez Kaico en 2013 mais nous avions alors fait l’impasse. Aujourd’hui, après avoir réécouté cet album, on se demande un peu pourquoi nous n’en avions pas parlé, mais ce n’est surement par manque de qualité. Avec son electronica lumineuse, ses quelques touches néoclassiques, le Japonais posait déjà les bases de son style qui a vraisemblablement finit par nous convaincre.

Return to Nature est un album dense, riche, de près d’une heure avec 13 titres de formats très variés. Mais c’est surtout le style musical qui contribue à cette impression de densité, avec un son généralement très riche et des compositions luxuriantes. C’est déjà un peu le cas avec Ice Pillow qui ouvre l’album sur une electronica feutrée, des mélodies pleines de reverb, une rythmique un peu mécanique et une mélodie de piano qui prend rapidement le dessus. De nombreux éléments qui parviennent à cohabiter pour un résultat qui reste très lumineux et annonciateur d’un Walk Noisily un peu plus up-tempo. Un peu plus loin, dans un registre proche on pourra citer le scintillant Foehn pour ses croisements mélodiques et ses boucles entêtantes.
S’il n’est pas systématique, le piano est un composant majeur de la musique du Tokyoïte qui a l’art de combiner cet instrument classique à ses compositions électroniques, y compris sur Desert qui s’ouvre pourtant dans le plus pur style electronica/ambient et qui parvient à joliment combiner percussions sèches et piano enlevé.

On est un peu surpris ensuite par l’apparition de voix, notamment dans un style plutôt inattendu. Logiquement, dans la lignée des titres précédents, Grace (Alight) durcit le ton avec une rythmique fracturée et lourde sur laquelle viennent se poser de multiples voix, spoken word à la fois feutrés et scandés. Le résultat est assez futuriste, particulièrement quand le traitement des voix devient robotique comme sur MONTH. Dans un style complètement différent on citera 0121 et 0000 qui voient l’apparition d’un chant féminin, doux et fragile, traité sous forme de chœurs sur le premier alors que 0000 conclut l’album sur une touche electronica-pop avec un mécanisme d’horlogerie en guise de rythmique.
Le Japonais est aussi capable de durcir le ton, se rapprochant par deux fois des musiques de danse tout en gardant une approche electronica avec des rythmiques syncopées et ponctuées d’une multitude de glitchs sur Plankton et son piano bouillonnant. On lui préférera toutefois Connect et son superbe contraste entre une rythmique lourde, technoïde, et la douceur de ses nappes mélodiques, bientôt rejointes par l’inévitable piano.

Return to Nature reste une production très electronica, qui ravira les amateurs du genre et les plus nostalgique. On lui reconnaitra toutefois quelques originalités fort plaisantes et une indéniable fraicheur.

Fabrice ALLARD
le 15/07/2016

À lire également

34423
Tough And Tender
(Kaico)
Free Babyronia
Matrix Grooves
(Kaico, AUN Mute)
Tomotsugu Nakamura
Soundium
(Kaico)