Solo Andata

In The Lens

(12k / Import)

 date de sortie

27/05/2016

 genre

Electronique

 style

Future Jazz / Electroacoustique

 appréciation

 tags

12k / Electroacoustique / Future Jazz / Kane Ikin / Solo Andata

 liens

Solo Andata
12k
Kane Ikin

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

En apprenant la publication d’un nouvel album de Solo Andata, notre premier réflexe fut de penser « encore ! ». En vérité, il s’agit du premier long-format des Australiens depuis près de six ans et ce sont plutôt les travaux en solitaire de Kane Ikin qui ont occupé le devant de la scène ces derniers temps (plusieurs EP et albums ont ainsi paru depuis 2010, pas toujours recensés sur ces pages car trop invariablement centré sur une ambient sombre). Le retour du duo permet alors de raviver le souvenir de leurs précédentes sorties tout en constatant qu’à l’occasion de ce In The Lens, ils abordent un nouveau versant de leur carrière.

En effet, plutôt que de s’attacher uniquement à des field recordings, les Australiens intègrent plusieurs bribes sonores réalisées avec des instruments réels ou issus de samples retrouvés sur de vieilles cassettes de dictaphone : coups épars de cymbales, notes clairsemées de piano, rare participation d’instruments à cordes ou d’une guitare, interventions saupoudrées d’instruments à vent, etc… Profondément beau et mélancolique, l’ensemble s’éloigne ainsi des rivages opaques et inquiétants autrefois fréquentés, pour s’approcher, à l’inverse, de climats plus apaisés, comme embués ou encore marqués par la pluie qui viendrait de s’arrêter (le visuel de pochette, avec ses reflets dans des gouttes d’eau nous met d’ailleurs sur cette voie).

Les nappes d’arrière-plan, chargées d’enrober le tout, savent parfois disparaître, surtout dans la seconde moitié du disque, pour laisser les instruments opérer dans un dénuement total, conduisant Kane Ikin et Paul Fiocco à envisager une forme plus acoustique (Left), voire proche d’un future jazz alangui, schéma qu’ils avaient pu explorer sur le premier album (Leaden Sky). Assurément plus varié et plus original que leurs digressions purement ambient, cette diversité fait la richesse de ce nouveau disque et finit de nous convaincre que Solo Andata a bien fait de ne pas cesser ses activités, quand bien même l’un de ses deux membres et très actif de son côté.

François Bousquet
le 02/08/2016

À lire également

Seaworthy + Matt Rösner
Two Lakes
(12k)
Taylor Deupree
Stil.
(12k)
Sawako
Hum
(12k)
Minamo
Shining
(12k)