Lawrence English

Approaching Nothing

(Baskaru / COD&S Distribution)

 date de sortie

06/06/2016

 genre

Electronique

 style

Field Recordings

 appréciation

 tags

Baskaru / Field Recordings / Lawrence English

 liens

Baskaru
Lawrence English

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Le caractère particulièrement fourni de la discographie de Lawrence English le conduit à produire des albums totalement originaux, comme à s’inspirer de démarches déjà éprouvées par d’autres, qu’il réactive et réinterprète à sa façon. Ainsi en est-il avec Approaching Nothing, pour lequel l’Australien s’est rendu à Vela Luka, en Croatie, cette ville-même où Luc Ferrari avait capté le matériel sonore qui lui avait servi pour son Presque Rien n° 1, réalisé en 1967. De retour sur place, English s’est, à son tour, livré à différentes captations, propres à concocter un album, constitué d’une piste unique de trente minutes.

Cloches d’église, discussions attrapées à la volée, cigales chantantes, sonneries de téléphone portable, moustiques virevoltants, klaxons, rires, gouttes de pluie : les composantes traditionnelles de ce genre d’exercice sont bien présentes ; et, précisément, c’est un peu la limite du disque puisque, connaissant son point de départ, on y trouve exactement ce à quoi on pouvait s’attendre. Pour autant, l’impression d’immersion dans une petite ville joue à plein, légitimant le projet et marquant sa réussite (a fortiori quand, comme c’est notre cas, le disque est écouté alors que le temps extérieur est aussi estival que celui documenté sur l’album).

Circonscrit à un travail de montage et de juxtaposition, le concours de Lawrence English relève bien néanmoins d’un véritable ouvrage de précision, le musicien coupant net le son d’une voiture qui passe ou l’enchaînant habilement avec le bruit d’une machine plongée dans l’eau. Ce n’est certes pas grand-chose, voire « presque rien », mais cela suffit malgré tout à signer la qualité d’un artiste qui, même dans un genre ultra-balisé, parvient à se singulariser.

François Bousquet
le 03/08/2016

À lire également

Parallel 41
Parallel 41
(Baskaru)
Maurizio Bianchi + Emanuela De Angelis
Regolelettroniche
(Baskaru)
Francisco López & Lawrence English
HB
(Baskaru)
Stephan Mathieu
Un Cœur Simple
(Baskaru)