kj

Wake

(Own Records / Internet)

 date de sortie

16/06/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / kj / Own Records

 liens

Own Records

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Nouvelle belle découverte réalisée par Own Records avec la signature de kj, new-yorkais dont on ne sait rien, si ce n’est qu’il intervient par ailleurs comme réalisateur et que, précisément, cela l’inspire dans sa démarche musicale. De fait, son choix d’une ambient lumineuse, faite de strates superposées et de jeu sur les oscillations prend tous les allures d’une bande-son idéale pour illustration d’atmosphères entre chien et loup.

Comme souvent avec ce type de proposition, c’est lorsque la durée s’étend que le musicien se fait le plus pertinent, profitant des huit minutes trente de Blue, des six minutes trente de Sail, des neuf minutes du morceau-titre ou des huit minutes trente de Noville pour mettre en place des nappes ondoyantes et travailler sur le flux et le reflux. Quelques incursions autres symbolisent des pépiements d’oiseaux dans le lointain (ce même oiseau qu’on aperçoit, en haut à gauche du visuel de pochette) ou des gouttes d’eau qui perlent sur une vitre.

Uniquement publié en format numérique (petit regret, d’ailleurs, même si l’écoute au casque s’avère fort probante), Wake se fait ainsi hautement évocateur, dans la lignée d’autres albums du même acabit, dont le souvenir est évidemment convoqué par ce premier long-format. Peut-être un peu trop homogène (on pardonnera cela en rappelant, d’une part, qu’il s’agit donc d’un premier album et, d’autre part, que celui-ci ne fait que trente-huit minutes), Wake attend le caudal Beyond pour intégrer des vocalises et offrir une coloration un peu autre et définitivement emporter notre adhésion, par la grâce de ces instants suspendus, entre évanescence et délicatesse.

François Bousquet
le 10/08/2016

À lire également

Good Night & Good Morning
s/t
(Own Records)
Pausal
Sky Margin
(Own Records)
The Green Kingdom
Twig And Twine
(Own Records)
Chihei Hatakeyama
Ghostly Garden
(Own Records)