David Toop

Entities Inertias Faint Beings

(Room40 / Import)

 date de sortie

24/06/2016

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

David Toop / Expérimental / Room40

 liens

David Toop
Room40

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Figure éminente de la musique contemporaine, David Toop avait été évoqué sur ces pages à l’occasion de son passage à Présences Électronique en 2009. Il avait, alors, réduit sa prestation à la diffusion des bruits qu’il entend le soir (respiration de sa femme, sons issus de son jardin) dans un dispositif confinant à l’ennui. Sur le papier, on redoute un peu que l’appréhension d’Entities Inertias Faint Beings ne conduise à la même conclusion puisqu’il semble s’agir de retranscrire des morceaux nés après des périodes de solitude de l’Australien, pendant lesquelles il s’était reclus dans la lecture ou l’écoute de musique.

Les matériaux utilisés sur ce nouvel album vont également dans ce sens, abstraits et anguleux, souvent malaisants ou incommodants : frottements, triturations, crissements, etc… Mais, bien vite, l’ensemble prend davantage de corps, au moment où une guitare acoustique lâche quelques notes détachées (Sea Slug) ou bien lorsque d’autres cordes interviennent (Compelled To Approach). Mis en regard de mini-larsens et autres éléments électroniques, ces apports permettent d’introduire un peu de chaleur et de présence, évitant une cérébralité trop importante.

Plus loin, le caractère méditatif de certains titres se fait particulièrement prégnant, quand ils s’inscrivent dans la durée (Ancestral Beings, Sightless By Their Own Dust et ses quasi-huit minutes) ou lorsqu’ils invitent une flûte et une voix féminine parlant en anglais ou japonais (Setting Stones). Lorgnant alors vers une certaine « zenitude » asiatique, la musique de David Toop flirte aussi avec un décoratif un peu toc, impression qui s’éloigne évidemment quand David Toop retourne, en fin de disque, vers des rivages plus expérimentaux (Invertebrate Drawings).

François Bousquet
le 12/08/2016

À lire également

Pierce Warnecke
Memory Fragments
(Room40)
Pimmon
The Oansome Orbit
(Room40)
Asher
Untitled Landscapes 1 & 2
(Room40)
New Rome
Nowhere
(Room40)