Pascal Pinon

Sundur

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

19/08/2016

 genre

Rock

 style

Folk

 appréciation

 tags

Folk / Morr Music / Pascal Pinon

 liens

Morr Music
Pascal Pinon

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

À l’heure où de nombreux musiciens enchaînent les albums, il est étonnant de constater que trois ans et demi se sont écoulés entre le deuxième et le troisième long-format de Pascal Pinon. Cette trentaine de mois trouve néanmoins son explication dans le fait que les deux sœurs Ákadóttir vivent à présent éloignées l’une de l’autre : l’une à Amsterdam où elle étudie le piano classique, et l’autre en Islande ou bien sur la route au sein de son autre groupe, Samaris. C’est donc par des échanges morcelés et une finalisation en deux jours que Sundur a été réalisé, produit uniquement par les deux jeunes filles, dans une volonté de traduire à la fois leur éloignement et de capter cette forme d’urgence et ce caractère un peu brut dans l’écriture.

Dépouillée, souvent réduite à un plus simple appareil, l’écriture d’Ásthildur et Jófríður se trouve ainsi accompagnée d’une simple guitare acoustique, d’un piano solo ou encore d’apports électroniques balbutiants et quasi-maladroits (Forest). Sur ce point, les Islandaises peuvent même livrer, en milieu de disque, deux morceaux instrumentaux dans lesquels dialoguent, d’une part, ces petites rythmiques et des lignes de piano (Spider Light) et, d’autre part, une petite mélodie gracile et des samples d’arrière-plan (Twax). Belles manières de respirer ou d’offrir autre chose, ces intermèdes pourraient témoigner de l’évolution musicale des deux sœurs, même si, déjà sur leurs précédents efforts, elles savaient se diversifier de la sorte.

Comme par le passé, également, sur le plan vocal, le charme agit principalement lorsque les jumelles chantent en islandais (Skammdegi) ou lorsque leurs voix se mêlent (Babies). Au-delà de ce point, c’est notre sentiment d’ensemble qui sera conforme à celui exprimé au sortir de Twosomeness : on tient là un album plus convaincant que le premier qu’avaient livré les deux sœurs, même si rien d’absolument indispensable ne ressort de son écoute.

François Bousquet
le 12/09/2016

À lire également

Styrofoam
Nothing’s Lost
(Morr Music)
Bobby & Blumm
Everybody Loves
(Morr Music)
Couch
Figur 5
(Morr Music)
Isan
Glow In The Dark Safari Set
(Morr Music)