fuyuru0

Esthesia

(Fumin. / Import)

 date de sortie

22/10/2014

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Glitch

 appréciation

 tags

Ambient / Electronica / Fumin. / fuyuru0 / Glitch

 liens

fuyuru0
Fumin.

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

On découvre fuyuru0, artiste japonais, de son vrai nom Takuma Yamaji, déjà auteur de quelques productions mais qui signe ici le premier album du label Fumin. dont il est également responsable. On est peut-être à tort un peu méfiant vis à vis de jeunes artistes qui sortent leurs productions sur les propres structures, on est peut-être un peu plus sévère avec eux mais cet Esthesia est une excellente surprise que l’on souhaitait vous faire partager.

La découverte commence par un packaging soigné, une illustration mêlant peinture délavée et éléments naturels (oiseaux, peut-être les bois d’un cerf), qui nous font penser à un autre label japonais dont l’univers sonore est assez proche, à savoir Nóthings66 (Ametsub, Sketches For Albinos). L’ensemble parait flou, voilé et colle plutôt bien à la musique que l’on trouve à l’intérieur, une ambient soyeuse mais aussi très marquée par les glitchs, l’electronica et dans une moindre mesure le néoclassique.
En effet, c’est avant tout au piano que se produit Takuma Yamaji, ouvrant même l’album sur un Zolpidem néoclassique et lumineux, piano solo, épuré, tout juste ponctué de quelques cliquetis et crissements électroniques. On retrouve cette approche épurée, voire minimaliste à plusieurs reprises et de diverses manières. Sur Crowd et My Piano par exemple les notes sont éparses et forment une mélodie lancinante alors qu’un bruit sourd habille l’arrière plan, croisement de voix et bruits de pas dans les feuilles mortes pour le premier, souffle frétillant proche d’une bobine de film qui tourne sur le second. Le style est véritablement ambient sur Tear et ses nappes sourdes tandis que Nocturn se fait plus expérimental, toutes les notes étant jouées à l’envers.

Mais ce que l’on retient d’une façon générale de cet album, c’est l’excellente intégration de ce piano classique dans des compositions particulièrement électroniques. Certes, on pourra lui reprocher un petit manque d’originalité et le jeu rythmique de Misty a clairement un air de déjà vu mais qu’importe. Ces frétillements acoustiques et métalliques, ce foisonnement d’éléments percussifs contraste à merveille avec la sérénité du piano imperturbable. S’il s’estompe un peu sur Paxil, on retrouve cette approche avec ici une pluie de crissements, grésillements et autres sonorités arides alors qu’une note électronique, belle et claquante, se répète inlassablement.
Dans un style plus ambient, on remarquera 2 titres, à commencer par Unseen qui se démarque avec sa rythmique aride et métallique mais se couvre de superbes nappes douces, apaisées, presque feutrées. Mais notre préférence se portera plutôt sur B ;Rain et ses flottements limpides tandis que ce sont des bruitages abstraits, claquements et crashs rugueux qui ponctuent la pièce.

D’une dominante ambient, l’album a de quoi combler un public finalement assez large, amateurs d’expérimentations diverses, d’un certain minimalisme ou d’une electronica plus nerveuse. fuyuru0 réussi son coup avec un album subtilement équilibré.

Fabrice ALLARD
le 11/09/2016