Lawrence English + Stephen Vitiello

Fable

(Dragon’s Eye Recordings / Internet)

 date de sortie

04/11/2014

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Electroacoustique

 appréciation

 tags

Ambient / Dragon’s Eye Recordings / Electroacoustique / Expérimental / Lawrence English / Stephen Vitiello

 liens

Stephen Vitiello
Lawrence English
Dragon’s Eye Recordings

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Pour la deuxième fois, Lawrence English et Stephen Vitiello nous proposent une collaboration qui ne pouvait que nous ravir. Après leur excellent premier essai ensemble, Acute Inbetweens publié par Crónica Electronica en 2011, nous avons donc le plaisir de les retrouver, cette fois chez Dragon’s Eye Recordings.

Leur première production était un mélange d’attendu (enchaînement de nappes) et de surprises par d’adjonction de petites notes, bruitages, boucles de mélodies minimalistes conférant à l’ensemble une petite touche subtilement expérimentale. Sur ce deuxième essai, ils reprennent les choses là où ils les avaient abandonnées mais ici tout nous parait plus clair, plus limpide, plus affirmé aussi. En effet, même si l’ambiance reste douce, apaisée, ce n’est pas à de l’ambient que l’on pense en écoutant Over Inland. S’appuyant sur de nombreux field recordings (ambiance tropicale, oiseaux, clapotis de l’eau, outils en bois) ce titre d’ouverture repose essentiellement sur une superbe mélodie de tintements métalliques et se rapproche peut-être plus des musiques du monde. Un univers que l’on aura du mal à définir, peut-être bien un monde féérique dans lequel se déroule ces 7 "Fables".
Composé sur plus de 3 ans, l’album mêle une multitude de sources sonores, lui conférant une richesse inouïe : field recordings variés, instruments acoustiques, électroniques, sonorités électriques, le tout manipulé via des effets et collages pour un résultat qui mêle l’étrange et le rassurant. Forecast The Dawn par exemple semble être habité par de mystérieuses créatures qui s’activent, fourmillent, construisent, avec en second plan de doux sifflements et grincements ondulants. L’impression d’être allongé dans un hamac au milieu de la jungle et de sa vie foisonnante.

Ces sifflements nous font aussi penser à un mode de communication, un peu à la manière de ces quelques notes qui nous restent de Rencontres du 3eme type. Les deux musiciens inventent un langage que l’on retrouve par exemple sur A Fable For The Chime et ses multiples tintements de cloches auxquels semblent répondre chants d’oiseaux et piaillements électroniques. Les deux hommes ne manquent par d’humour et nous proposent aussi A Chime For The Fable plus riche, aux raclements métalliques, frétillements et grelots d’abord presque étouffants mais qui trouveront la voie de l’apaisement.
Peut-être plus classiques, on appréciera tout particulièrement des pièces comme Encased In Blue Marble, véritable ambient à base de drones et flottements de guitare, parsemée de craquements et micro-tintements. Mieux encore, That Caress, Inverted prend la forme de lentes plaintes que l’on croirait esquissées à partir d’une guitare électrique. Tournoyantes et torturées elles semblent elles aussi vouloir "parler".

Un très bel album, très bel univers que l’on quitte avec Tender Unison et ses guitares éparses, encore un pied dans la féérie avec quelques grognements et zigouillis électroniques, l’autre dans notre quotidien alors que l’on sort de notre rêverie.

Fabrice ALLARD
le 25/09/2016

À lire également

Minamo + Lawrence English
A Path Less Travelled
(Room40)
Wyndel Hunt
Sunshine Noir
(Dragon’s Eye Recordings)
Stephen Vitiello + Molly Berg
Between You And The Shapes You Take
(12k)
Chubby Wolf
Los Que No Son Gentos
(Dragon’s Eye Recordings)