Nobody

 auteur

Falk Richter

 metteur en scène

Cyril Teste

 date

du 21/09/2016 au 08/10/2016

 salle

Théâtre Monfort,
Paris

 appréciation
 tags

Falk Richter / Théâtre Monfort

 liens

Théâtre Monfort

 dans la même rubrique
du 05/11/2016 au 26/11/2016
La Nuit des Taupes
(Théâtre des Amandiers)
du 15/09/2016 au 08/10/2016
Il faut beaucoup aimer les Hommes
(Théâtre Ouvert)
du 10/05/2016 au 04/06/2016
Je suis Fassbinder
(Théâtre de la Colline)
du 17/03/2016 au 03/04/2016
En Route – Kaddish
(Nouveau Théâtre de Montreuil)

Présenté comme une « performance filmique », Nobody tient effectivement autant du théâtre que du cinéma puisqu’un écran surplombe la scène, que les comédiens jouent sur la seconde, filmés par deux techniciens pour un résultat diffusé en direct sur le premier. Conçu suivant une charte inspirée du Dogme95 (tout est réalisé en direct, y compris le mixage du son, aucune image extérieure n’est rajoutée, etc…), le spectacle incite donc le public à regarder à la fois le plateau et l’écran dans une belle complémentarité, l’aspect filmique venant utilement perfectionner ce qui se joue en-dessous.

JPEG - 92.9 ko

Précisément, sur la scène, le décor se veut tout en longueur, avec une baie vitrée sans tain faisant office de quatrième mur, et des cloisons séparant les espaces de cet open space d’un cabinet de consultants en ressources humaines. Chargé d’accompagner les restructurations d’entreprise, Jean Personne est un de ces salariés, tout entier tourné vers les chiffres et les résultats de chacune des structures dont il s’occupe, et vers le nombre de licenciements qui vont être réalisés. Dans cet univers où le cynisme le dispute à la radicalité des décisions prises, le héros évolue sans difficulté, naviguant d’une réunion à des échanges téléphoniques et ne se laissant que peu de temps pour sa vie personnelle.

Le monde du travail constitue un matériau déjà largement exploré, aussi bien au théâtre qu’au cinéma ou dans la littérature ; aussi, au début de Nobody, montage de fragments issus de différents textes de Falk Richter, on craignait un peu que le spectacle ne verse dans la facilité ironique autour du sabir du consultant ou de la blancheur clinique des bureaux aux parois de verre. Pour autant, le principe de la « performance filmique » permet de renouveler le propos, mélangeant la proximité avec les personnages (gros plan sur l’écran, voix amplifiée nous les rapprochant) et une certaine distance (double vision écran-scène, baie vitrée ne nous laissant jamais les voir « directement »). De même, se concentrer sur des consultants, catégorie rarement examinée, vient créer une sorte de méta-dispositif puisqu’à la manière d’entomologistes, nous les observons tandis qu’eux-mêmes scrutent les entreprises où ils interviennent.

Au surplus, cette étude du monde entrepreneurial, avec sa déshumanisation, ses rapports forcés et faux (à l’image de ces évaluations réalisées en secret par des collègues de même niveau) ou sa cruauté, se trouve renforcée par le mécanisme formel, impressionnant sur le plan technique. La fluidité du filmage, la précision du cadrage, le jeu sur la lumière ou la profondeur de champ et la compartimentation des espaces contribuent à la réussite de l’ensemble et à la découverte progressive des différentes possibilités de l’espace scénique. Des recoins apparaissent, des focus se font sur l’un ou l’autre des salariés, du flou isole l’un d’eux et la voix off de Jean Personne retentit pendant que la fourmilière s’agite quoiqu’il fasse (« Il faut que je sorte. Il faut que je parte tout de suite d’ici »).

Pris dans ce tourbillon, Jean néglige donc sa vie personnelle, dépeinte à travers quelques tableaux un peu plus faibles, d’autant plus qu’ils tracent des contours assez évidents : aliénation du travail, incapacité à couper avec la vie professionnelle, délaissement du foyer conjugal. C’est donc dans sa chronique d’un monde de l’entreprise asservissant, entre réunions chronophages et incessantes, chefaillons ridicules et fats, paranoïa généralisée et fausse décontraction des séminaires de détente, que Cyril Teste trouve sa juste note.

Autres dates :
- 4 novembre 2016 : Scène Nationale - Mâcon
- 17 novembre 2016 : Scène Nationale - Evreux-Louviers
- du 29 novembre au 1er décembre 2016 : Théâtre Liberté - Toulon
- 6 et 7 décembre 2016 : 2 scènes - Besançon
- 11 décembre 2016 : Théâtre Jean Vilar - Vitry sur Seine
- 4 et 5 janvier 2017 : Equinoxe - Châteauroux
- du 11 au 20 janvier 2017 : Théâtre National de Bordeaux-Aquitaine
- 25 et 26 janvier 2017 : Espaces Pluriels - Pau
- du 30 janvier au 2 février 2017 : Grand T - Nantes
- 8 et 9 février 2017 : Grand R - La Roche sur Yon
- 23 et 24 février 2017 : Apostrophe - Cergy
- 16 et 17 mars 2017 : Théâtre du Vellein - Villefontaine
- 24 et 25 mars 2017 : Anthea - Antibes
- 30 et 31 mars 2017 : Filature - Mulhouse
- 25 avril 2017 : Théâtre de Cornouailles - Quimper
- du 13 au 17 juin 2017 : Célestins - Lyon

François Bousquet
le 26/09/2016

À lire également

du 03/11/2016 au 10/11/2016
Sideways Rain
(Théâtre Monfort)
du 10/05/2016 au 04/06/2016
Je suis Fassbinder
(Théâtre de la Colline)
du 12/11/2013 au 07/12/2013
Cosmos
(Théâtre Monfort)
03/05/2001
Luc Ferrari + DJ Olive
(Théâtre Monfort)