Porya Hatami

Phone To Logos

(Audiobulb / Internet)

 date de sortie

10/09/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Audiobulb / Porya Hatami

 liens

Audiobulb

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Non content de publier plusieurs sorties par an, en solitaire ou accompagné d’autres artistes (tel cet album commun avec Arovane, évoqué il y a peu sur ces pages), Porya Hatami a répondu favorablement à l’invitation d’Audiobulb de livrer une compilation de morceaux inédits. Piochés tout au long de ces cinq dernières années, issus des sessions de travail de ses différentes parutions, ces treize titres, disposés chronologiquement sur ce long-format, permettent alors de retracer le parcours et l’évolution de l’Iranien.

En effet, à écouter un album isolé d’Hatami, on a souvent l’impression que son ambient composite se fait trop homogène, manquant de variation et de personnalité, par rapport à tout ce qui peut se faire par ailleurs dans ce registre bien encombré. Or, le panorama que constitue Phone To Logos vient, en partie, démentir ce constat. C’est ainsi qu’en 2002, au début de sa carrière, des éléments oniriques (gazouillis d’oiseaux, bruit d’eau, tessiture « aquatique  » de ses notes) étaient convoqués, dans un ensemble marqué par une grande délicatesse et une certaine forme d’économie de moyens.

Puis, petit à petit, l’atmosphère générale va se faire plus inquiétante, introduisant des vocalises spectrales (One-Way), des souffles ou des bruits métalliques  ; dans le même temps, les triturations vont aussi en s’accroissant (After) et les nappes prennent progressivement le pas sur les notes isolées. Le travail sur ces textures, jouant sur leur oscillation, le flux et le reflux trouve son apogée dans la collaboration de Porya Hatami avec Arovane, dont deux extraits nous sont livrés ici (ee nn n ee et Palais). Plus encore, sur le dernier morceau, conçu avec Artificial Memory Trace (Sketch), l’aspect expérimental se trouve particulièrement mis en avant  : sonorités semblables au déplacement d’armoires métalliques, grondement régulier en arrière-plan, rares percées lumineuses. Ainsi résumé, le parcours de l’Iranien ne le conduit pas véritablement vers quelque chose de plus enjoué mais, au moins, on observe une transformation évidente.

François Bousquet
le 12/10/2016

À lire également

Quiet Noise
Audible Life
(Audiobulb)
Melodium
Luminol
(Audiobulb)
Porya Hatami & Arovane
Kaziwa
(Time Released Sound)
Porya Hatami
Shallow
(Tench)