Asmus Tietchens

Fahl

(Farmacia901 / Internet)

 date de sortie

24/12/2014

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Minimal

 appréciation

 tags

Ambient / Asmus Tietchens / Expérimental / Farmacia901 / Minimal

 liens

Asmus Tietchens
Farmacia901

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Après deux chroniques de concerts, voici enfin un retour sur une production discographique d’Asmus Tietchens, artiste Allemand que l’on peut qualifier de pionnier des musiques électroniques puisque ses premiers travaux datent des années 60. Généralement très présent chez Line, on le retrouve cette fois chez Farmacia901, un label fondé par Fabio Perletta qui a fait l’objet de nos "découvertes Twitter".

Fahl est un EP 3 titres, tous les trois basés sur de vieux enregistrements sans cesse retravaillés. Trois versions/évolutions d’une base commune, certainement responsable de la cohérence de ce disque. FmF 4 pour commencer se révèle être une pièce particulièrement ambient, basée sur des souffles fantomatiques et sonorités aquatiques, clapotis et gouttelettes qui sont probablement d’origine électronique. On est alors partagé entre une impression de douceur et une certaine inquiétude à l’idée de progresser dans des tunnels mal famés.
Avec L10rc le son se fait déjà un peu plus franc, débutant par une sorte de résonance métallique qui sert de nappe. Sur cette base, une multitude de petits bruitages viennent se poser, d’abord timides comme cette étrange respiration accompagnée de légers raclements, mais aussi des glissements et micro-tintements électroniques. Petit à petit chacun des éléments s’affirme et l’ambient qui servait d’introduction se transforme en un laboratoire fourmillant de tonalités qui semblent croiser électronique et acoustique.

On termine donc avec L10rb qui, suivant une progression logique, se distingue de par son jeu franc à base de petits coups métalliques qui dessinent une mélodie abstraite mais belle, apaisante, qui pourra faire penser aux tintements d’un mobile composé de tubes métalliques. Le disque est parfaitement construit, cette conclusion nous donnant l’impression d’être une combinaison des deux précédents morceaux, la version finale, définitive.

Fabrice ALLARD
le 11/10/2016

À lire également

Yann Novak + Fabio Perletta
Liminality
(Dragon’s Eye Recordings, Farmacia901)
25/11/2010
Asmus Tietchens / Le (...)
(Instants Chavirés)
30/03/2014
Présences Electronique
(Le 104)