Forma

Physicalist

(Kranky / Differ-ant)

 date de sortie

23/09/2016

 genre

Rock

 style

Krautrock

 appréciation

 tags

Forma / Kranky / Krautrock

 liens

Kranky

 autres disques récents
Rydberg
Rydberg
(Monotype Records)
Mirko
LP1
(Room40)
Bruno Sanfilippo
Upon Contact Reworked
(AD21 Music)
Metamatics
Bodypop
(Neo Ouija)

Formation jusqu’alors inconnue de ces pages, Forma avait publié ses deux premiers albums sur Spectrum Spools, sous-label d’Editions Mego, avant de rejoindre Kranky pour ce nouveau long-format, réalisé à Brooklyn et avec l’intégration d’un nouveau musicien.

Sur une grosse partie de ce disque nourri d’influences krautrock, les synthés sont largement sollicités, avec leurs habituelles petites montées chromatiques (Ghosts) ou boucles mélodiques lancinantes (le morceau-titre), tandis que les rythmiques mises en place par George Bennett savent se faire entraînantes et répétitives (Spin Glass). Sans surprise, il en ressort rapidement un aspect hypnotique, tout à fait caractéristique du style musical considéré et porté par la longueur de certaines pistes, flirtant fréquemment avec les six ou sept minutes. Revers redouté de ce parti pris de la durée, il arrive que les États-uniens se laissent aller à faire traîner leurs morceaux sans que rien ne justifie un tel déploiement, le titre pouvant aussi bien s’arrêter avant ou bien durer encore quatre ou cinq minutes (les onze minutes du morceau-titre).

Alors qu’on nous indique qu’il s’agit là du premier disque de Forma à compter des instrumentations acoustiques, en sus des apports électroniques, on peine à distinguer les premières, notamment le piano (joué tantôt par John Also Bennett, tantôt par Mark Dwinell), noyé qu’il se retrouve sous les couches de synthé, autrement plus présentes que celles de son cousin acoustique. Il faut, en réalité, attendre la seconde partie de Physicalist, vue par le groupe comme davantage tournée vers l’improvisation pour pleinement goûter ces interventions de piano et de flûte, sur les bien-nommés As If Pianos Grew On Trees, dans lequel les doigts courent sur le clavier pendant que des expérimentations électroniques garnissent l’arrière-plan, et Improvisation For Flute And Piano avec son dialogue entre la première (à la limite du jeu en liberté un peu décoratif) et les accords plaqués du second.

Pendants des autres titres de l’album, ces deux morceaux peuvent se lire comme leurs volets à la fois intemporels (alors que la face krautrock de Physicalist sonne irrémédiablement plus datée) et férocement contemporains, en ce qu’ils intègrent des instruments traditionnels dans une logique plus actuelle. Restant plutôt isolés (deux pistes sur un total de onze), ces essais viennent attester de la capacité du groupe new-yorkais à s’extraire de sa zone de confort.

François Bousquet
le 27/10/2016

À lire également

Keith Fullerton Whitman
Lisbon (EP)
(Kranky)
Windy & Carl
We Will Always Be
(Kranky)
Loscil
First Narrows
(Kranky)
Benoit Pioulard
The Benoit Pioulard Listening Matter
(Kranky)