Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze

 date

du 22/09/2016 au 11/12/2016

 salle

Le Plateau / FRAC Île-de-France,
Paris

 appréciation
 tags

Le Plateau / FRAC Île-de-France / Mark Geffriaud

 liens

Le Plateau / FRAC Île-de-France

 dans la même rubrique
du 03/02/2017 au 08/05/2017
Emmanuel Saulnier : Black Dancing
(Palais de Tokyo)
du 28/03/2017 au 06/05/2017
Rien ne nous appartient : Offrir
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 10/02/2017 au 23/04/2017
Thomas Huber : L’Imagination au Pouvoir
(HAB Galerie)
du 19/01/2017 au 16/04/2017
Strange Days
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)

Très habitué du Plateau, Mark Geffriaud y avait notamment proposé, dans plusieurs expositions collectives successives, les composantes d’une maison en train de se construire : marche, vitre, etc... Il était donc logique qu’à un moment, le FRAC Île-de-France l’accueille pour une proposition personnelle qui s’écarte des thématiques qu’on savait attachées jusqu’alors au Français. De fait, en lieu et place du document ou de la matière, c’est au temps que Geffriaud se consacre cette fois-ci, avec une installation filmique occupant tout l’espace.

Parti en Amérique du Sud, il se rendit sur deux sites, l’un au Chili, à l’endroit où se construit le plus grand télescope du monde, et l’autre entre Bolivie et Pérou, où furent abandonnées des pierres de construction il y a un millénaire. S’interrogeant sur le devenir éventuel de ces blocs, le Francilien rejoint alors la problématique développée avec la maison qu’on évoquait plus haut. Mais c’est surtout le premier site qui intrigue puisque les concepteurs du télescope espèrent pouvoir remonter le temps en l’utilisant pour voir la formation de l’univers.

JPEG - 44.6 ko
Vue de l’exposition

Et, précisément, la scénographie et la conception même de cette installation filmique nous invitent à remonter le temps puisque le film se trouve diffusé sur six écrans différents, mais de manière non simultanée, avec un petit décalage de quelques secondes entre chaque support. Il s’ensuit que la visite peut s’effectuer de manière tout à fait agréable, sans rien rater des trente minutes de vidéo puisque le temps qu’on se déplace, on se trouve parfaitement raccord avec la continuité filmique. À rebours de ce cheminement, il est donc aussi possible de partir de la fin du parcours et de regarder les écrans dans l’autre sens, voyant deux fois le même plan, façon de remonter à chaque fois de quelques secondes dans le temps. Pour autant, au-delà de cet artifice un peu ludique, on peut aussi regretter que le propos d’une exposition entière se limite à cette œuvre qui, sur le plan purement filmique, ne présente pas un intérêt démesuré.

François Bousquet
le 21/11/2016

À lire également

15/04/2016
L’Homme aux Cent Yeux (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 24/09/2015 au 06/12/2015
Haris Epaminonda : (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 12/12/2013 au 23/02/2014
Alejandro Cesarco : (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 04/06/2009 au 09/08/2009
Richard Fauguet : Pas
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)