Sybarite

Waver The Absolute

(Temporary Residence Ltd / Differ-ant)

 date de sortie

14/10/2016

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Electronica / Sybarite / Temporary Residence Ltd

 liens

Sybarite
Temporary Residence Ltd

 autres disques récents
Celer
Akagi
(Two Acorns)
Bauri
Vinkelvolten (EP)
(FireScope Records)
Pinkcourtesyphone & Gwyneth Wentink
Elision
(Farmacia901)
Ogive
Folds
(Room40)

Il est toujours surprenant de constater que certains artistes, que ces pages suivent depuis une quinzaine d’années, n’ont pas encore fait l’objet de recensions pour l’un de leurs longs-formats. C’est ainsi que Sybarite, pourtant auteur de trois albums (deux sur Temporary Residence Limited et un sur 4AD), n’avait été évoqué ici que pour ses travaux de remixeur ou pour sa participation à des compilations. En même temps, cela faisait dix ans que Xian Hawkins n’avait rien publié sous ce nom-ci, préférant se concentrer sur d’autres projets. Ce retour de Sybarite constitue donc une très bonne occasion de s’arrêter un peu plus sur la production de l’États-unien.

Musicalement, Waver The Absolute constitue, et nonobstant le retour à son label d’origine, une évolution dans le style retenu par Hawkins puisqu’il y fait le choix d’une présence plus affirmée des rythmiques et des synthés, le conduisant à une electronica assez emballante et entraînante. S’il perd probablement en délicatesse ce qu’il gagne en efficacité, Sybarite y révèle une belle capacité à ne pas trop verser dans la démesure et à agencer habilement ses morceaux même lorsque cela l’amène à livrer des propositions un peu trop mécaniques dans leurs développements (Valence, Daft Shaft) ou à convoquer des boucles vocales et mélodiques un rien faciles (le morceau-titre ou Hold The Phone).

Conservant néanmoins quelques îlots plus fins (Mosquito Theme), Waver The Absolute sait aussi mettre en avant des instruments véritables, à l’image de la guitare acoustique grattée de The Children. Plus généralement, la seconde moitié de l’album paraît évoluer dans un registre moins ouvertement immédiat, et plus réservé, opérant notamment dans une plus grande complexité rythmique (Open Secret). Au total, pas certain qu’on revienne vers ce long-format, même si on est content qu’il existe, ne serait-ce que parce qu’il signe le retour de Sybarite.

François Bousquet
le 21/12/2016

À lire également

Eluvium
Talk Amongst the Trees
(Temporary Residence Ltd)
Eluvium
Nightmare Ending
(Temporary Residence Ltd)
Caroline
Where’s My Love (EP)
(Temporary Residence Ltd)
Caroline
Sunrise (EP)
(Temporary Residence Ltd)