Mark Harris & John 3:16

Victory Over The Sun

(Little Crackd Rabbit / Import)

 date de sortie

28/10/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / John 3:16 / Little Crackd Rabbit / Mark Harris

 liens

Mark Harris
Little Crackd Rabbit

 autres disques récents
Loscil
Monument Builders
(Kranky)
Geir Sundstøl
Langen Ro
(Hubro)
Heroin in Tahiti
Sun And Violence
(Boring Machines)
Norn
Usotsuki
(Moving Furniture Records)

De l’album de Mark Harris paru en février 2012 sur n5MD, et chroniqué sur ces pages, nous n’avions plus qu’un souvenir lointain (voire pas de souvenir du tout) ; en relisant notre recension d’alors, nous comprenons pourquoi, ayant déploré que son ambient toute traditionnelle ne dévoile aucun aspect plus personnel. Depuis lors, deux autres longs-formats ont paru sur le même label états-unien, sans qu’on prenne la peine de s’y arrêter. Au moment où nous parvient Victory Over The Sun, collaboration entre l’Anglais et un musicien de Philadelphie, on est peut-être prêt à redonner une chance à Harris.

Pour autant, malgré cette (relative) bonne volonté, force est de constater que les mêmes causes paraissent, dans un premier temps, produire les mêmes effets, et ce malgré la présence de John 3:16 aux côté du Britannique. En effet, on se retrouve à nouveau face à une superposition de nappes, avec travail sur la variation de la couche supérieure et intégration d’éléments oniriques (bruits de vagues, cette fois-ci).

Toutefois, et fort heureusement, le propos évolue avec l’apparition d’une guitare sur Dead Stars, venant opportunément percer la densité des nappes plus opaques précédemment mises en place, se montre tout à fait pertinente. De même, quand les musiciens font le choix de mettre l’accent sur leurs six-cordes, on glisse vers une ambient nettement plus incarnée, générée par les accords de leurs instruments et non plus uniquement par leurs machines et ordinateurs (The Angry Moon). Plus encore, Vortex intègre une rythmique plombée et des guitares saturées pour un résultat à mi-chemin entre ambient aux profondeurs insondables et forme lancinante de doom (pléonasme !). Au total, Victory Over The Sun se déroule de manière nettement moins convenue qu’imaginé, ce qui ne saurait évidemment être mis à son débit.

François Bousquet
le 02/01/2017

À lire également

21/09/2013
Insect Ark / John 3:16
(Cantine de Belleville)
Absent Without Leave
Faded Photographs Remixes
(Sound in Silence)
FluiD / John 3:16
The Pursuit of Salvation
(Alrealon Musique)