HEXA

Factory Photographs

(Room40 / Import)

 date de sortie

04/11/2016

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

Expérimental / HEXA / Lawrence English / Room40

 liens

Lawrence English
Room40

 autres disques récents
1982
Chromola
(Hubro)
Kangding Ray
Hyper Opal Mantis
(Stroboscopic Artefacts)
James Murray
Killing Ghosts
(Home Normal)
Dag Rosenqvist & Matthew Collings
Hello Darkness
(Denovali Records)

Convié à illustrer une rétrospective des photographies de David Lynch, tenue en 2015 à la Galerie d’Art Moderne de Brisbane, le duo HEXA en a profité pour étendre son propos sur la durée d’un album. Sans surprise (Lawrence English composant la moitié du duo), Room40 publie à présent Factory Photographs, grosse demi-heure d’expérimentations sombres et inquiétantes, parfaitement adaptée, donc, pour accompagner les clichés de l’ノtats-unien. Il est vrai qu’au-delà de ses propres propositions musicales (sur lesquelles on déposera un voile pudique), David Lynch influence un (trop) grand nombre de musiciens. C’est ainsi que dès qu’une chanteuse se fait un peu vénéneuse ou mystérieuse, elle sera qualifiée de « lynchienne », tandis que le moindre instrumental sombre est d’autorité annoncé comme « la bande-son idéale » pour un des films du cinéaste.

Au moins, sur Factory Photographs, la filiation est légitime et directement connectée. Pour autant, se trouve-t-on en face d’un disque qui offre autre chose qu’un empilement de couches opaques, parcouru d’interventions anxiogènes (souffles, éclats), le tout baigné dans une atmosphère noire ? Pas véritablement, en réalité. De fait, Lawrence English et Jamie Stewart n’offrent rien de pleinement surprenant, rendant une copie parfaitement conforme à ce qu’on aurait imaginé pour accompagner des photographies de David Lynch.

Restent peut-être les incursions métalliques (A Breath), les sonorités saccadées de Body ou la construction même de l’album (alternance de titres dépassant les cinq minutes et de pièces inférieures à trois minutes, voire limitées à quelques dizaines de secondes) pour éveiller un peu l’attention de l’auditeur et agir comme un habile écho aux clichés pris dans des usines. Les machines-outils semblant ainsi percer au sein même de la musique des Australiens, et les différences de durée pouvant renvoyer aux différentes tâches exercées dans ces usines, voire au caractère éphémère des usines saisies par Lynch en voie de désaffectation.

François Bousquet
le 04/01/2017

À lire également

New Rome
Nowhere
(Room40)
Simon James Phillips
Chair
(Room40)
Bee Mask
Vaporware / Scanops
(Room40)
Pimmon
The Oansome Orbit
(Room40)