Rayon

A Beat Of Silence

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

11/11/2016

 genre

Rock

 style

Electronica / Future Jazz

 appréciation

 tags

Electronica / Future Jazz / Morr Music / Rayon

 liens

Morr Music

 autres disques récents
Laurence Crane / Asamisimasa
Sound Of Horse
(Hubro)
Svarte Greiner
Moss Garden
(Miasmah)
Rydberg
Rydberg
(Monotype Records)
Mirko
LP1
(Room40)

Alors que The Notwist vient de célébrer le quinzième anniversaire de Neon Golden, album qui, malgré les cinq autres parus depuis, reste célébré comme le grand œuvre du groupe allemand, Markus Acher donne une visibilité supplémentaire à son projet personnel. En effet, après avoir publié un premier long-format à l’été 2015, un second album de Rayon est déjà proposé au public, dans un registre pas forcément proche de celui de sa formation d’origine puisque l’ensemble s’avère instrumental et creusant probablement davantage de pistes de recherche.

C’est ainsi qu’Acher s’est entouré de plusieurs invités pour réunir des instruments aussi variés qu’un marimba, un vibraphone ou un harmonium, en plus d’apports électroniques. Il en résulte une atmosphère aux consonances un peu est-asiatiques (pour employer un cliché bien pratique, afin de définir ces mélanges d’instruments acoustiques à lames et ces percussions) et, surtout, empreinte à la fois d’une véritable mélancolie et d’une forme d’inquiétude. Cette dernière nait, en fait, du caractère un peu brinquebalant de certains attelages musicaux (But For One Minute), des frappes sur supports métalliques qui peuvent être réalisées (Dots) ou de la participation de l’harmonium de Sachiko Hara (On The Quiet).

En lieu et place de la luminosité qu’on pourrait paresseusement associer au projet de Markus Acher, en raison du nom de scène qu’il s’est choisi, on évolue alors davantage dans une indéniable appréhension, que n’évince en rien l’aspect répétitif de certaines lignes musicales, façon « boîte à musique macabre » (Zombi). Comme, dans le même temps, l’électronique de Tadklimp et Anton Kaun opèrent dans le même répertoire, on se trouve face à des développements tourmentés et non apaisés. Il faudra attendre, en vérité, le caudal —Kona pour que les éléments synthétiques s’assimilent à des crépitements d’un feu de cheminée et que l’harmonium nous entoure de ses accords enveloppants.

François Bousquet
le 01/02/2017

À lire également

V/A
For Friends
(Morr Music, Tomlab)
Radical Face
Ghost
(Morr Music)
Lali Puna
Faking the Books
(Morr Music)
Isan
Clockwork Menagerie
(Morr Music)