Taylor Deupree

Somi

(12k / Import)

 date de sortie

03/02/2017

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

12k / Ambient / Taylor Deupree

 liens

12k

 autres disques récents
Orchard
Serendipity
(Ici d’Ailleurs)
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)
Borosilicate Purl
Coalescence
(Autoproduit)

Même si ses disques solo ne sont pas si nombreux, Taylor Deupree s’avère toujours présent et actif : entre riches collaborations (avec Marcus Fischer, Seaworthy ou Ryuchi Sakamoto ces dernières années), gestion du label 12k ou mastering sur plusieurs autres disques, le New-Yorkais n’est jamais à court d’activités. C’est donc avec bonheur qu’on accueille une nouvelle livraison personnelle de sa part, la première depuis fin 2012 et pour laquelle il indique vouloir prendre la suite de Stil., album sorti en 2003 et le premier qu’on chroniquait de lui sur ces pages.

Pourtant, alors que cet effort-là donnait dans la minimal techno, avec micro-rythmiques et glitchs, ce Somi préfère opter pour une ambient tout à fait lumineuse, par la grâce de notes perlées d’un piano électrique. Se confondant avec un Glockenspiel (qui le rejoint, du reste, par endroits), ce piano électrique se situe à l’exact point d’équilibre entre dimension aquatique (que renforcent les nappes un peu granuleuses d’arrière-plan, comme si la pluie battait les carreaux) et tessitures d’une boîte à musique d’enfant. Ne limitant pas son propos à la distribution, toute agréable soit elle, de ces petites notes, l’États-unien y confère quelques effets, comme s’il les étirait parfois (Fenne) ou bien qu’il jouait sur leur réverbération (Evode).

Comme souvent avec ce type de proposition, il en résulte un ensemble à la fois chaleureux et touchant, capable d’émouvoir avec son économie de moyens et de rendre sensibles les tempéraments les moins ouverts à ce registre. La beauté des compositions vient même se nicher jusque dans les silences ou la résonance des notes, permettant de savourer celles-ci tandis que les micro-textures d’arrière-plan tiennent le tout. Bien qu’on puisse le trouver un rien trop uniforme sur la durée de ses cinquante-et-une minutes, Somi s’avère indubitablement une réussite certaine, nouvelle remarquable station de la belle carrière de Taylor Deupree.

François Bousquet
le 05/05/2017

À lire également

Fourcolor
As Pleat
(12k)
Illuha
Interstices
(12k)
Federico Durand
A Través Del Espejo
(12k)
Fourcolor
Letter Of Sounds
(12k)