Dag Rosenqvist & Matthew Collings

Hello Darkness

(Denovali Records / Season of Mist)

 date de sortie

24/02/2017

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

Denovali Records / Expérimental / Jasper TX / Sketches for Albinos

 liens

Jasper TX
Sketches for Albinos
Denovali Records

 autres disques récents
Gavin Miller
Shimmer
(Sound in Silence)
Eternell
Still Light
(Sound in Silence)
Moskus
Mirakler
(Hubro)
Tim Hecker
Konoyo
(Kranky)

Très présent sur ces pages (en tant que Jasper TX, mais aussi comme membre de The Silence Set ou From The Mouth Of The Sun), Dag Rosenqvist avait également été recensé pour un travail collaboratif avec Rutger Zuydervelt. Cette fois-ci, c’est pour un album en commun avec Matthew Collings, repéré dans nos découvertes Twitter mi-2014, que nous évoquons le Suédois. Ce projet en duo n’est pas nouveau, au reste, puisqu’un EP avait déjà paru en 2012 sur hibernate, permettant aux deux musiciens d’apprendre à travailler ensemble.

Cette démarche est donc confortée avec ce long-format, tout en contraste et ce, dès la pochette, avec ce smiley qui pleure ou ce titre d’album (Hello Darkness) proche de l’oxymore. Contraste surtout sur le plan musical puisque, sur le même morceau, des nappes plutôt accueillantes peuvent croiser des éléments nettement plus abrasifs et saturés, voire des cris à peine étouffés, ou bien des notes de piano des composants torturés (You Don’t Have To Tell Me About Hell). Cet effet quasi-antithétique révèle alors son lot de surprises, déconcertant l’auditeur qui était parti pour écouter un morceau assez apaisé et se trouve face à des déflagrations ou, inversement, qui s’était fait à l’idée de subir des rafales sonores pour, en fin de titre, avoir un peu de répit.

Certes, sur la durée de l’album, la formule se fait-elle un peu attendue et prévisible mais elle-même se fait parfois aussi surprenante quand elle se démarque de ce schéma. Ainsi en est-il de Streets qui agit davantage par petites touches et triturations, dans un registre presque minimaliste, mais reste donc isolé par rapport aux autres titres qui jouent habilement sur les dissemblances et les zones de frottement. Assurément, cela produit des résultats parfois décontenançants mais aussi des propositions plus contenues et probablement plus pertinentes, à l’image du caudal The Age Of Wire And String.

François Bousquet
le 19/05/2017

À lire également

Sketches for Albinos
Days of Being Wild and Kind
(Nóthings66)
Dakota Suite, Dag Rosenqvist & Emanuele (...)
What Matters Most
(Karaoke Kalk)
From The Mouth Of The Sun
Woven Tide
(Experimedia)