Marcus Fjellström

Skelektikon

(Miasmah / Import)

 date de sortie

03/02/2017

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Marcus Fjellström / Miasmah

 liens

Marcus Fjellström
Miasmah

 autres disques récents
Teknomom
La Marche des Arthropodes
(Le Turc Mécanique)
Billow Observatory
II : Plains/Patterns
(Azure Vista Records)
High Plains
Cinderland
(Kranky)
Yann Novak
Idleness, Endlessness
(Dragon’s Eye Recordings)

Alors qu’avec Schattenspieler, ces pages saluaient une évolution de Marcus Fjellström vers quelque chose situé en dehors de l’ambient opaque, ce terrain de jeu habituel du label Miasmah et sur lequel l’auteur s’était aventuré pour son effort précédent, ce Skelektikon sonne, dans ses premiers instants, comme une forme de retour en arrière. En effet, le Suédois y retrouve cette musique sombre et profonde, dans laquelle les nappes obscures sont superposées et l’atmosphère n’est pas des plus riantes (à l’image du titre de l’album et de sa pochette).

Pourtant, sur le papier, certains intitulés de morceaux intriguent, telles ces trois pistes Skelekton Dance et, de fait, la batterie réelle qui s’y invite conduit ces titres à opérer dans un registre un peu décalé, presque baroque, avec travail sur les cymbales comme autant de matérialisations de cette danse dégingandée qu’on peut imaginer. Plus généralement, on se rend compte, au fil de l’album, que chaque morceau voit un instrument être placé au centre de l’attention et agir par tapotements (comme si les cordes étaient frappées par l’archet ou pincées en pizzicati, les accords grattés métronomiquement, etc…). L’impression générée se situe alors entre appréhension tant le climat global est inquiétant, et forme de méditation induite par cette répétition et cette recherche de sérialité.

Dans ce contexte plutôt différent de ce qu’on pressentait avant l’écoute de Skelektikon, et bien que quelques concessions soient néanmoins faites à cette ambient opaque assez traditionnelle qu’on décrivait précédemment (Someting Comes From Nothing, Arboretum), ce nouvel album se montre plutôt convaincant.

François Bousquet
le 15/06/2017

À lire également

Encre
Plexus II
(Miasmah)
Kreng
The Summoner
(Miasmah)
Eric Thielemans
Sprang
(Miasmah)
Gabriel Saloman
Soldier’s Requiem
(Miasmah)