James Murray

Floods Returned

(Slowcraft Records / Import)

 date de sortie

16/06/2017

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / James Murray / Slowcraft Records

 liens

Slowcraft Records

 autres disques récents
Giulio Fagiolini
Dietro A Un Vetro
(Home Normal)
Crisopa
Transhumante
(Sound in Silence)
Celer
Akagi
(Two Acorns)
Bauri
Vinkelvolten (EP)
(FireScope Records)

Comme de nombreux artistes opérant dans un registre ambient / field recordings, James Murray se fait très prolifique puisqu’il s’agit déjà ici de son deuxième long-format pour 2017 (sachant que, bon an mal an, il publie au moins deux sorties par an). Avec ce Floods Returned, l’Anglais avait de toute façon une bonne raison de proposer un nouveau disque cinq mois après le précédent puisqu’il s’agit, ici, de retravailler neuf des vingt-et-un morceaux précédemment parus sur Slowcraft Records, sur une trilogie diffusée entre 2012 et 2014.

Sans connaître les titres d’origine, nous débutons vierges l’écoute de Floods Returned, pour y constater que Murray parvient, une nouvelle fois, à faire montre d’une belle fragilité sans pour autant verser dans une modestie trop surjouée. Sous ce jour, ses nappes savent se faire plus enrichies quand nécessaire, gagnant notamment en densité au fur et à mesure que se déploient les morceaux (Greenlands (Green Lane), Mount View (Ghost Valley)).

Cette montée en puissance peut également se charger d’orage quand les superpositions génèrent une forme d’oppression sonore (Floods (Surface)) ou bien, à l’inverse, travailler sur leur luminosité lorsque des sonorités proches d’un orgue d’église sont utilisées (Every Ringing Bell (Riverbed) qui a, de toute évidence, effectivement pleinement profité de cette réverbération). Alors qu’on s’imaginait donc parcourir un nouvel album d’ambient assez traditionnel, voire quelconque, on se trouve nettement plus enthousiasmé par ce Floods Returned qui finit donc d’installer James Murray parmi les auteurs qu’on suivra.

François Bousquet
le 24/08/2017

À lire également

James Murray
Killing Ghosts
(Home Normal)