Jeff Stonehouse

On Returning

(The Sublunar Society / Internet)

 date de sortie

04/10/2015

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Post-Rock

 appréciation

 tags

Ambient / Drone / Jeff Stonehouse / Listening Mirror / Post-Rock / The Sublunar Society

 liens

Listening Mirror
The Sublunar Society
Jeff Stonehouse

 autres disques récents
Giulio Fagiolini
Dietro A Un Vetro
(Home Normal)
Crisopa
Transhumante
(Sound in Silence)
Celer
Akagi
(Two Acorns)
Bauri
Vinkelvolten (EP)
(FireScope Records)

Il y a quelques années, on vous parlait de Listening Mirror que l’on découvrait en 2011 grâce au micro label (mais maxi productif) Entropy Records, et que l’on retrouvait quelques mois plus tard chez hibernate. Comme on l’évoquait sur la chronique de la compilation Resting in Aspic, ce projet a été stoppé en 2013 et c’est désormais sous son propre nom que l’on retrouve Jeff Stonehouse. Il se produit cette fois chez The Sublunar Society, une structure arty gérée par Marie Lundvall et Peder Bjoerk, avec deux albums publiés en octobre 2015. On décidera de faire l’impasse sur Become Becoming, une pièce unique de 30mn basée sur des strates de guitares, pour se concentrer sur ce beaucoup plus équilibré On Returning.

Cet équilibre se fait tout de suite ressentir sur l’évocateur River of Dreams. Une ambient assez sombre à base de nappes électroniques, mais aussi de lentes mélodies de guitares diluées, douces et répétitives. Plus atypique, Waves on Plastic convie souffles et fields recordings en toile de fond à de lents accords mêlant des cymbales à une sorte de clavecin.
Mais ces quelques gentilles originalités cachent en fait d’autres pièces beaucoup plus classiques comme ce You Find Me qui, avec ses près de 18mn reste le cœur de l’album. Ce sont ici des guitares amorphes qui donnent le tempo, lentes et mélancoliques. L’électronique semble être absente, confinée à des effets de longues reverb et peut-être quelques piaillements d’oiseaux, nous rapprochant alors d’un post-rock ambient contemplatif.

L’ensemble de l’album joue donc sur cet équilibre instable entre guitare et électronique tout en restant sur une note ambient feutrée. Quand les guitares dominent le ton semble plus apaisé, plus serein comme c’est le cas sur Blue Flowers, aidé il est vrai par un cadre bucolique avec des field recordings d’écoulements d’eau et piaillements d’oiseaux. De l’autre côté, on a l’électronique sombre de I’m Here Waiting, plus proche du souffle et du drone, bouclant pendant plus de 14mn et résonant comme un avertissement d’une menace, d’un danger imminent.
L’album s’achève avec Hush Now qui semble trouver un certain équilibre entre les guitares graves et une électronique plutôt sourde, un équilibre qui progresse avec peine vers un léger éclaircissement.

Sans surprise, on préfère nettement le versant électronique de la musique de Jeff Stonehouse, mais cet album reste finalement un bon compromis, susceptible de convaincre à la fois les amateurs de post-rock lancinant ou d’une ambient électronique plus classique.

Fabrice ALLARD
le 29/08/2017

À lire également

Listening Mirror
Resting in Aspic
(hibernate)
Listening Mirror
...From Dreams...
(Entropy Records)