Bauri

Vinkelvolten (EP)

(FireScope Records / Import)

 date de sortie

24/07/2017

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Bauri / Electronica / FireScope Records

 liens

FireScope Records

 autres disques récents
Svarte Greiner
Apart
(Miasmah)
Dmitry Evgrafov
Comprehension Of Light
(130701)
Nicola Ratti
The Collection
(Room40)
Target Archery
Clock of the Long Now
(Autoproduit)

Lors de notre recension du sixième volet des compilations Cottage Industries, il y a quelques semaines, nous faisions part de notre bonheur d’entendre un morceau de Bauri, « étant sans véritable nouvelles de sa part depuis plusieurs années ». Comme si nous avions été exaucés, le label FireScope vient de publier, au cœur de l’été, un nouvel EP du musicien suédois. En vérité, il ne s’agit pas de nouveaux morceaux proprement dit, mais de quatre titres qui auraient dû constituer la matrice du successeur de The Slacker Journal, premier album de Bauri paru en 2002 (et salué à l’époque sur ces pages). Ce second long-format n’a jamais vu le jour en raison, nous indique-t-on, d’un « ralentissement de la scène IDM ». Il est vrai que l’electronica mélodique, et assimilés, n’est pas aussi florissante qu’il y a une quinzaine d’années et se croise aussi moins régulièrement ; partant, il est d’autant plus réjouissant d’en retrouver l’un des meilleurs artisans.

En effet, Martin Abrahamsson demeure capable, même après toutes ces années, de livrer des titres impeccablement brossés, allant chercher des rythmiques précises et des mélodies légères. Moins ouvertement poppy, voire sautillant, que ne pouvait l’être The Slacker Journal, cet EP sait agir dans un registre plus apaisé (Warm Fuzzy Feeling et Kirmumxyl, tous deux sur la face A du disque, publié en CD et 12"). Ne renonçant pas à travailler dans la durée (à nouveau, aucun morceau ne fait moins de six minutes), Bauri emporte aisément l’adhésion quand il déploie progressivement une mélodie onirique, soutenue par une polyrythmie au sein de laquelle émerge un « vent électronique » (Vinkelvolten I et Amethyst, sur la face B).

En quatre pistes, en deux faces assez distinctes mais diablement complémentaires, Bauri nous fait ainsi faire un joli saut temporel, en même temps qu’il fait assurément naître un joli sourire sur notre visage enjoué. Il y avait, de toute évidence, effectivement matière à réaliser un second album et c’est une entreprise tout à fait louable que de ne pas avoir laissé ces morceaux disparaître.

François Bousquet
le 18/09/2017

À lire également

Yellow6
Source:Remix
(Endorphin Records)
V/A
Cottage Industries 6
(Neo Ouija)
Matthew Rozeik
Oh Lord, Please Give Me Another Brain : (...)
(Highpoint Lowlife)