Des Mondes Aquatiques #2

 date

du 19/06/2017 au 05/11/2017

 salle

FRAC Aquitaine,
Bordeaux

 appréciation
 tags

FRAC Aquitaine / Hubert Duprat / Jessica Warboys / Mathieu Mercier / Natacha Lesueur / Pierre & Gilles / Présence Panchounette / We Are The Painters

 liens

FRAC Aquitaine

 dans la même rubrique
du 25/10/2017 au 07/01/2018
Gus Van Sant
(Musée de l’Élysée)
du 15/09/2017 au 23/12/2017
Clément Cogitore : Braguino ou la communauté impossible
(Le Bal)
du 21/09/2017 au 17/12/2017
Pierre Paulin : Boom Boom, Run Run
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 08/09/2017 au 17/12/2017
Alexandra Bircken : Stretch
(Crédac)

Pour sa dernière exposition dans son local des Bassins à Flots, avant de déménager en 2019 pour son nouveau bâtiment proche de la Gare Saint-Jean, le FRAC Aquitaine propose une exposition consacrée à la pêche. Connaissant l’intérêt de l’institution bordelaise pour l’environnement qui l’entoure (on se souvient d’une monstration collective intitulée Dans la Forêt, tenue il y a quelques années), on ne sera pas surpris de ce choix pour une pratique que le programme de salle rapproche, un peu audacieusement, de celle de l’amateur d’art « qui déambule dans les musées en exerçant son regard sur les œuvres ».

JPEG - 55.5 ko
Vincent Carlier - Turlutte Japonaise
(courtesy FRAC Aquitaine)

Pour pêcher, il faut évidemment du matériel, ce que rappellent Vincent Carlier avec sa Turlutte Japonaise (objet entre le harpon et l’hameçon) aux dimensions exacerbées, et Bruno et Thierry Lahontâa qui entremêlent du fil de pêche pour en faire une sorte de toile d’araignée géante. La canne peut cependant attraper autre chose que du poisson puisque les Présence Panchounette documentent une forme de pêche miraculeuse avec ce lustre à pampilles attrapé au bout de leur engin. S’en tenir à la technique ou au geste aurait certainement été trop court pour une entière exposition, celle-ci se penche donc sur ceux qui pêchent et ce qu’ils pêchent.

Les pêcheurs sont les sujets de la petite carte postale retravaillée par Laurent Kropf ou de la peinture d’Amadou Samago. Pierre et Gilles saisissent deux jeunes éphèbes affublés de filets de pêche et les dénomment Saint Jean et Saint Jacques, les deux pêcheurs et apôtres suivant le Christ, tandis que, dans un même symbolisme, Natacha Lesueur pose des écailles sur les paupières supérieures du modèle photographié, dans la lignée de ses précédents croisements entre visages et nourriture.

Mais comme le pêcheur n’existe que par ce qu’il pêche, il était également important que des poissons et autres organismes aquatiques soient présents. Mathieu Mercier dispose ainsi un grand aquarium dans lequel une holothurie évolue, pendant qu’Yves Chaudouët consacre une pièce plongée dans le noir à un piranha luminescent. Si le devenir des poissons est de finir dans l’assiette (comme le rappelle We Are The Painters), Hubert Duprat démontre que des larves de trichoptères peuvent se couvrir de paillettes d’or et Bastien Cosson enduit des anguilles de peinture métallisée pour qu’elles deviennent peintres à leur tour.

JPEG - 70.2 ko
Vue de l’exposition

La vocation des êtres aquatiques étant quand même d’évoluer dans l’eau, leurs lieux de vie sont également l’objet de plusieurs interventions : photographies de Maitextu Etcheverria et Jean-Luc Chapin, film de Julie Chaffort consacré à une barque et, plus généralement, les étendues sur lesquelles elle évolue, ou encore fresque peinte de Jessica Warboys aux teintes bleues et vertes toutes aquatiques.

François Bousquet
le 15/09/2017

À lire également

du 07/04/2013 au 01/09/2013
En Suspension…
(FRAC des Pays de la (...))
du 02/12/2011 au 29/01/2012
Natacha Lesueur : Zakousk
(Arsenal)
du 26/06/2007 au 23/09/2007
Pierre & Gilles (...)
(Jeu de Paume)
du 08/04/2011 au 21/05/2011
WANI
(Fondation d’entreprise)