Markus Mehr

Re-Directed

(Hidden Shoal Recordings / Internet)

 date de sortie

29/04/2016

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Glitch / Noise

 appréciation

 tags

Expérimental / Glitch / Hidden Shoal Recordings / Markus Mehr / Noise

 liens

Hidden Shoal Recordings
Markus Mehr

 autres disques récents
Gavin Miller
Shimmer
(Sound in Silence)
Eternell
Still Light
(Sound in Silence)
Moskus
Mirakler
(Hubro)
Tim Hecker
Konoyo
(Kranky)

Deux ans après Binary Rooms et quelques productions que l’on a passé sous silence (un EP puis ses remixes associés), on retrouve Markus Mehr qui parvient encore une fois à nous surprendre avec un album qui n’est pas, contrairement à ce que le titre pourrait laisser entendre, une compilation de remixes. On y retrouve une électronique fine, expérimentale et poétique qui prend sa source dans tous les appareils électroniques qui nous entourent et ont l’Allemand est allé extirper des micro-sonorités que l’on ne peut percevoir naturellement.

La structure de l’album est des plus simple : 4 titres de 6-10mn intitulés Re-Directed 1 à Re-Directed 4, séparés par 3 interludes, eux aussi simplement numérotés. Commençons par ceux-ci avec lesquels le musicien adopte différents procédés : une même sonorité, brute, aride, qui tourne en boucle sur Interlude 1, une belle et lente progression sur un ensemble de nappes flottantes sur Interlude 2, et une construction plus abstraite sur le dernier, jouant de répétitions et cassures.
Mais ce sont bien sûr les 4 titres principaux qui retiennent plus particulièrement notre attention et dès l’ouverture de l’album on retrouve le style du musicien avec des grésillements fins, des oscillations rythmiques, frétillements, ronronnements de machines, nappes tournoyantes ou encore des textures granuleuses assez agressives. La construction est atypique, des éléments a priori très différents s’enchaînent parfaitement, que ce soit par simple collage ou par un jeu de cassures.

L’album est difficile à décrire car très varié, passant du coq à l’âne, alignant sonorités abruptes et douceurs minimalistes, ponctuant le tout de bruitages divers, comme ces voix, posées sur de superbes nappes ronronnantes, que l’on dirait sorties d’un vieux téléviseur (Re-Directed 1). Re-Directed 2 est particulièrement marqué par les cassures avec un jeu particulièrement aride, limite bruitiste, ponctué de nappes, de mélodies de piano ou encore de résonances métalliques. Surprenant !
Avec Re-Directed 3 on aborde un autre type de contraste, cette fois entre électronique et acoustique. Après une série de boucles de tintements stridents et arpèges de basses nasillardes, c’est un piano contemporain qui prend place et vient régulièrement perturber l’électronique, tout en se faisant lui aussi malmener par de nombreux effets. L’album se termine avec le plus surprenant, ce Re-Directed 4 qui part sur une superbe montée de nappe, des glitchs réguliers, et qui bifurque un temps vers une mélodie de guitares hawaïennes pour conclure sur un final bruitiste. A écouter ci-dessous dansune vidéo signée Stéphanie Sixt.

Un très bel album, un parfait équilibre entre douceur et puissance, entre expérimentation et accessibilité, particulièrement destiné aux amateurs d’ambient noisy et glitchy.

Fabrice ALLARD
le 30/12/2017

À lire également

Arc Lab
Anthem
(Hidden Shoal Recordings)
Gilded
Terrane
(Hidden Shoal Recordings)
Elisa Luu
Chromatic Sigh
(Hidden Shoal Recordings)
Erik Nilsson
The Imperfect Tense
(Hidden Shoal Recordings)