Robert Curgenven

Climata

(Dragon’s Eye Recordings / Internet)

 date de sortie

22/04/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Minimal

 appréciation

 tags

Ambient / Dragon’s Eye Recordings / Drone / Minimal / Robert Curgenven

 liens

Dragon’s Eye Recordings
Robert Curgenven

 autres disques récents
Rasalasad vs Amantra
Thisturbia
(Thisco)
Mackaper
Minnen Av Framtiden
(Flora & Fauna)
Goldmund
Occasus
(Western Vinyl)

On avait déjà croisé Robert Curgenven, notamment sur le label Line lors d’une collaboration avec Richard Chartier, mais nous n’en avions jamais parlé, aussi on profite de cette sortie pour rectifier le tir. On notera que c’est le label Dragon’s Eye Recordings qui est en charge de cette sortie, ce qui n’est guère surprenant étant donné la proximité des deux structures qui se partagent de nombreux artistes.

Climata est une oeuvre imposante : double album, 3 pistes par disque et 19’20 pour chaque piste. Le procédé est strictement le même sur les 6 morceaux qui composent cet album, tous enregistrés dans des "Skyspaces", des lieux créés par l’artiste James Turrell consistant en une chambre aux proportions bien définies et un plafond ouvert sur le ciel. James Turrell a créé des Skyspaces dans le monde entier (principalement Etats-Unis, Europe et Japon) et Robert Curgenven a procédé à des enregistrements dans 15 de ces lieux, répartis dans 9 pays.
S’agissant de lieux ouverts, ces 6 morceaux sont tous des combinaisons de tonalités minimales (nappes ambient, drones) et de sonorités ambiantes, des bruits provenant de l’extérieur des Skyspaces, mais perceptibles à l’intérieur. Il s’agit essentiellement de bruits de circulation, ce souffle urbain, de piaillements d’oiseaux, avec parfois les cloches d’une église (Framed By The Edge Of The Earth) ou un insecte qui vient tourner autour du micro (En plein air). On conseillera vivement d’écouter ces disques au casque afin de profiter pleinement de tous ces bruitages environnants qui sont d’une clarté étonnante !

Le disque s’ouvre sur les ondulations sonores de Under Foreign Topologies qui annonce un album dédié à l’apaisement et à la contemplation. Une ambient minimale qui se construit par accumulation de tonalités et variation de la fréquence des ondulations. En arrière plan, un souffle léger, un clocher, des oiseaux, le bruissement du vent dans les feuillages. Les changements de tonalités sont discrets mais fréquents, passant tour à tour de nappes lumineuses à des sonorités plus graves alors que Framed By The Edge Of The Earth reste pour sa part sur des drones lents et sombres qui s’accordent parfaitement avec la sirène d’une ambulance passant dans les parages.
Certes, une fois que l’on a écouté un ou deux titres, l’album révèle peu de surprises. Les bruitages au second plan apportent de la profondeur et ce sont eux qui surprennent, pendant que notre attention est essentiellement focalisée sur les nappes/drones plus ou moins lumineux, plus ou moins feutrés, et leurs vibrations plus ou moins rapides. L’esprit se laisse alors porter, s’évade, et voyage au gré de l’environnement extérieur de ces Skyspaces.

Climata est à la fois un travail sur le son, sur sa variabilité en fonction de l’espace dans lequel il est produit, et un travail sur l’espace grâce à ces lieux naturellement ouverts sur l’extérieur. C’est aussi un superbe album d’ambient minimale.

Fabrice ALLARD
le 16/01/2018

À lire également

Chubby Wolf
Los Que No Son Gentos
(Dragon’s Eye Recordings)
Yann Novak + Fabio Perletta
Liminality
(Dragon’s Eye Recordings, Farmacia901)
Wyndel Hunt
Sunshine Noir
(Dragon’s Eye Recordings)
Yann Novak
Idleness, Endlessness
(Dragon’s Eye Recordings)