Nils Økland Band

Lysning

(Hubro / Outhere Distribution)

 date de sortie

20/10/2017

 genre

Jazz

 style

Jazz / Acoustique

 appréciation

 tags

Acoustique / Hubro / Jazz / Nils Økland

 liens

Hubro

 autres disques récents
Asher Levitas
Lit Harness
(Planet Mu)
Shuttle358
Field
(12k)
Ian Hawgood + Giulio Aldinucci
Consequence Shadows
(Home Normal)
Sin Fang, Sóley & Örvar Smárason
Team Dreams
(Morr Music)

Depuis plusieurs années, Nils Økland n’était présent sur ces pages qu’en tant que membre de 1982 ou bien pour ses interventions aux côtés du groupe Moskus. Mais, de sa carrière solo, nous ne rendions plus compte, et pour cause car celle-ci est un peu en sommeil, le musicien préférant développer un véritable travail collectif, au sein d’une formation néanmoins nommée Nils Økland Band (ce qui ne trompe guère sur l’implication du Norvégien dans ce quintet…). Après un premier effort sur ECM qui nous avait échappé, place au second long-format de ce groupe, hébergé sur Hubro, label de choix s’il en est pour ces neuf morceaux allant chercher des accointances aussi bien classiques que jazz.

De fait, le son des instruments d’Økland (violon, hardanger fiddle, viola d’amore), quand ils sont mis très en avant, dans une démarche de pur soliste, entraîne les compositions dans un registre néo-classique assez contemplatif qui bénéficie, au surplus, des conditions d’enregistrement dans une vieille église en pierre avec sa belle acoustique (le morceau-titre). À côté de cela, quand, sur un morceau, la batterie frappée aux balais d’Håkon Mørch Stene, les saxophones de Rolf-Erik Nystrøm et l’harmonium de Sigbjørn Apeland (déjà comparse d’Økland au sein de 1982) interviennent concomitamment, on se trouve dans une sorte de croisement entre jazz et musique folklorique des Balkans, mais sans la truculence habituelle de ce registre, ici modérée par le tempérament norvégien (Flukt).

Cet aspect demeure pourtant isolé, le disque préférant un tempo plus lent et une approche plus sombre, dans lesquels, tel Blåmyr, l’harmonium fait office de bourdon et de support à l’instrument de Nils Økland). Et, précisément, au fil du disque, ce registre finit par faire œuvre, par caractériser la couleur même du groupe, destinée à permettre aux cinq musiciens la mise en lumière de leur instrument, à l’image de la basse de Mats Eilertsen, rebondissant suavement dans Speiling, ou des roulements sur les percussions de Stene dans Bølge. Les quarante-trois minutes passées, on est alors pleinement satisfait de constater que, quel que soit le contexte, Nils Økland conserve un excellent niveau d’ensemble.

François Bousquet
le 26/01/2018

À lire également

Skydive Trio
Sun Moee
(Hubro)
Laurence Crane / Asamisimasa
Sound Of Horse
(Hubro)
The Island Band
Like Swimming
(Hubro)
Phonophani
Animal Imagination
(Hubro)