Angèle David-Guillou

Mouvements Organiques (EP)

(Village Green / Import)

 date de sortie

16/02/2018

 genre

Rock

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Angèle David-Guillou / Village Green

 liens

Village Green

 autres disques récents
Silent Vigils
Fieldem
(Home Normal)
Resina
Traces
(130701)
Ben Chatwin
Staccato Signals
(Village Green)
Boris Hauf
Clark
(Shameless Records)

Tout juste quelques semaines après son album En Mouvement, ce sont à des Mouvements Organiques que nous convie Angèle David-Guillou (disque initialement sorti en version « bonus » de son long-format dans les magasins Rough Trade et qui connaît, à présent, une véritable diffusion). Si, en français, le terme « organiques » ne fait pas aussitôt référence à l’orgue d’église, c’est évidemment le cas en anglais, ce qui permet à la musicienne d’immédiatement annoncer son programme : retravailler, à l’orgue donc, plusieurs morceaux de son récent long-format. En effet, ayant été amenée à jouer de cet instrument à l’occasion de concerts, la jeune femme y trouvait un intérêt autre que dans son jeu de piano, et une belle occasion également de poursuivre ses recherches musicales, notamment autour de la musique sérielle.

Car, avec ses longues pistes, Mouvements Organiques s’inscrit dans cette démarche, chaque morceau débutant par une suite d’accords répétés, avant que ne soient rajoutées d’autres notes, dans des répétitions successives qui, en fonction de leur tempo, suscitent des sentiments contrastés. C’est ainsi que, lorsqu’elles sont jouées rapidement, les compositions de la Française s’apparente à quelque chose d’assez saisissant, emportant l’auditeur dans un quasi-vertige psyché (En Mouvement, avec ses notes aigues et ses passages rapides d’un thème à l’autre) ; en parallèle, les propositions plus lentes se placent dans une perspective plus ambient, progressivement enveloppante (le morceau-titre, divisé en trois parties).

Puisque Respiro, sur l’album initial faisait déjà montre d’une volonté de répéter les mêmes mesures de piano, il est logique que, sur cet EP, cette dimension soit accentuée par la réitération de simples arpèges, d’une main, et de notes tenues, de l’autre. Sur la longueur des quarante-cinq minutes du disque, le schéma a cependant tendance à provoquer assez peu de surprise pour, au final, être rangé dans la catégorie, intéressante mais parfois un peu courte, de l’exercice de style.

François Bousquet
le 15/03/2018

À lire également

David John Sheppard
Vertical Land
(Village Green)
Dead Light
s/t
(Village Green)
Snow Palms
Origin And Echo
(Village Green)
Snow Palms
Intervals
(Village Green)