Ōtone

Past Structures, Present Matter EP

(YGAM / Internet)

 date de sortie

21/10/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Industriel

 appréciation

 tags

Ambient / Electronica / Industriel / YGAM / Ōtone

 liens

YGAM
Ōtone

 autres disques récents
Max Ananyev
Water Atlas
(Serein)
Barnacles
One Single Sound
(Boring Machines)
Wealth
Primer
(Ventil)
Tom Hall
Fervor
(Elli Records)

Après avoir découvert le label berlinois YGAM avec les Études de Natse, voici un nouvel EP qui nous permet de découvrir cette fois Ōtone, le projet de Pablo Diserens, également responsable de cette jeune structure. Celui-ci se définit par son goût pour les paysages industriels et les espaces isolés, en ruine, laissés à l’abandon et à l’usure du temps.

Il tente donc logiquement de transférer ces préoccupations dans sa musique au travers ici de 4 titres, présentés comme les 4 mouvements d’une même pièce. On distinguera deux approches, avec d’une part les morceaux d’ouverture et conclusion qui intègrent quelques tonalités mélodiques alors que les pièces centrales sont beaucoup plus abstraites et portées sur des constructions rythmiques.
En fait, on est tombé immédiatement sous le charme de cet EP grâce à son premier morceau au titre annonciateur : Over Your Cities Grass Will Grow. Une intro plutôt abstraite, à base de bruitages percussifs aux teintes effectivement industrielles. On sent tout de suite le travail d’orfèvre, le lent échafaudage rythmique, la place importante laissée au silence, à la respiration. Et puis les autres éléments prennent place : des coups de basses profondes, des petites tonalités mélodiques grinçantes, bref Ōtone produit ici une electronica-ambient aux subtiles influences industrielles et c’est magnifique.

On passe ensuite aux pièces les plus expérimentales. Perishing Concrete est avant tout un travail sur l’ambiance, construite à partir de percussions et bruitages mystérieux, proches de souffles et roulements d’objets dans un univers décrépi. Le propos est assez proche sur Substantial Body, avec cette fois un mélange de crissements et de coups métalliques qui nous font penser à des canalisations. Deux pièces très abstraites, jouant sur des percussions mais sans construire de rythmique. On est plutôt ici au niveau d’une musique dark ambient.
Comme évoqué plus haut, on termine avec Ж qui nous permet de retrouver un peu d’air. Une rythmique lente et rebondie, des nappes et crissements métalliques en guise de mélodie, on pense notamment à des cordes jouées à l’archet, pour une teinte générale qui reste sombre.

Pour un premier essai c’est du très joli travail. Un EP à même de séduire les amateurs d’electronica, d’ambient, et de toutes les musiques influencées par l’indus, dark-ambient compris.

Fabrice ALLARD
le 15/05/2018

À lire également

Natse
Etudes
(YGAM)