Sevenism

Saline Celestial

(Naviar Records / Internet)

 date de sortie

04/11/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Minimal

 appréciation

 tags

Ambient / Minimal / Naviar Records / Sevenism

 liens

Sevenism
Naviar Records

 autres disques récents
Silent Vigils
Fieldem
(Home Normal)
Resina
Traces
(130701)
Ben Chatwin
Staccato Signals
(Village Green)
Boris Hauf
Clark
(Shameless Records)

Naviar Records s’est d’abord fait connaître avec sa série Haiku, lancée en 2014, publiée en numérique et basée sur des challenges. Régulièrement un petit poème est posté sur le blog du label, et toute une communauté de musiciens propose des versions musicales de ces poèmes. L’Anglais Sevenism apparaissait sur cette série quelques mois avant la sortie de cet album avec lequel on le découvre, alors qu’il est auteur d’un nombre incroyable d’albums, pour la plupart publiés gratuitement sur son compte Bandcamp. Saline Celestial est la toute première référence physique du label, sortie au format cassette.

Quand il parle de sa démarche, le musicien autodidactique met en avant 2 points : sa volonté d’effacer les frontières entre acoustique et électronique d’une part et de laisser la musique s’écouler comme bon lui semble d’autre part. On retrouve ces caractéristiques sur les 8mn de Deserted qui ouvre l’album sur de lents accords de violoncelles mêlés à des nappes électroniques plus aériennes. Le ton est grave, le style cinématographique, hypnotique, minimaliste et envoûtant.
Si la plupart des titres tournent autour de 8-10mn dans une ambient qui pourra paraître assez classique, Blurred Clouds se révèle être un titre à part avec ses rapides bouillonnements de basses électroniques. Très différent, mais tout aussi réussi !

On passera un peu plus rapidement sur l’ambient linéaire de Halocline, basé sur des nappes feutrées étouffées dans un premier temps, gagnant en amplitude à mi-parcours avant de se refermer. On lui préférera donc Humid Afternoon qui nous séduit encore par la façon dont le musicien joue avec diverses sources sonores. Des boucles ambient, douces et lumineuses, et comme des piaillements d’oiseaux, scintillants qui sont certainement des petits crissements électroniques. Un paysage désolé dans lequel traînent quelques restes de vie. On perçoit ici cette fluidité évoquée par le musicien, avec un va-et-vient infini de ces vagues sonores qui pourra paraître un peu facile.
On terminera cet album sur les glissements de nappes ambient de Coriolis qui nous rappellent vaguement le Prophecy Theme composé par Brian Eno pour le film Dune. Une belle ambient, ample, spatiale, dans laquelle on croit deviner des chœurs au milieu de légers bouillonnements.

Un très bel album de musique ambient qui donne tout autant envie de se plonger dans la volumineuse discographie de Sevenism ou d’explorer les autres productions du label Naviar Records.

Fabrice ALLARD
le 14/06/2018