Triac

Here

(Line / Internet)

 date de sortie

11/11/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Minimal

 appréciation

 tags

Ambient / Line / Minimal / Triac

 liens

Line
Triac

 autres disques récents
Max Ananyev
Water Atlas
(Serein)
Barnacles
One Single Sound
(Boring Machines)
Wealth
Primer
(Ventil)
Tom Hall
Fervor
(Elli Records)

Nous avions fait l’impasse sur Days, le précédent album de Triac, très certainement par manque de temps. Nous nous devions donc de prendre ce temps pour cette nouvelle production qui trouve parfaitement sa place sur nos pages. Triac est un trio italien formé en 2011, notamment composé de Rossano Polidoro, ancien membre de Tu M’. Avec ses comparses Augusto Tatone et Marco Seracini (qui forment le duo Travel Trip), il est passé à une ambient minimale qui trouve assez logiquement sa place sur le label de Richard Chartier.

S’il donne le ton, Here Intro n’est pas le plus représentatif des morceaux de cet album. Avec ses 3’40 là où les autres durent 2 fois plus longtemps, il ne fait figure que d’introduction avec une boucle ambient minimale assez franche et lumineuse. Une fois le tempo posé, il est repris sur Here Part I mais sur une composition bien plus complexe d’une ambient feutrée au sein de laquelle les éléments se croisent et se superposent, dont une boucle mélodique errante. Gagnant encore en simplicité et minimalisme, Here Part II aura notre préférence. Entre le son de ses nappes oscillantes et ses boucles infinies, celui-ci ne devrait pas laisser indifférents les fans de Biosphere.
On passera un peu plus rapidement sur Here Part III qui sert de transition avec la 2ème partie de l’album. Le style est assez différent avec des sonorités douces, un peu feutrées, mais dans un jeu rapide, bouillonnant et lumineux, beaucoup plus léger que le reste de l’album.

On revient donc à une ambient minimale et un ton plus grave sur Here Part IV. On a affaire ici à un drone linéaire sur lequel un mélange de souffles et frottements métalliques est la principale variable alors que Here Part VI est marqué par le balancement doux et régulier d’une nappe ambient, légèrement revêtue d’un souffle quant à lui plutôt statique.
L’album s’achève avec les nappes lumineuses de Here Part VII, qui vont et viennent dans une ambiance un peu mélancolique.

Un bel album dont on sort avec l’impression d’avoir vécu dans une parenthèse, hors du temps. Conseillé à tout amateur de musiques ambient.

Fabrice ALLARD
le 26/06/2018

À lire également

France Jobin
Singulum
(Line)
Lawrence English
For/Not For John Cage
(Line)
Pinkcourtesyphone
Foley Folly Folio
(Line)
Pinkcourtesyphone
Description of Problem
(Line)