Helios

Veriditas

(Ghostly International / La Baleine)

 date de sortie

31/08/2018

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Ghostly International / Goldmund / Helios

 liens

Goldmund
Helios
Ghostly International

 autres disques récents
øjeRum
He Remembers There Were Gardens
(KrysaliSound)
Ocoeur
Inner
(n5MD)
Arve Henriksen
The Height Of The Reeds
(Rune Grammofon)
Pausal
Volume Flow
(hibernate)

Menant toujours de front ses deux principaux projets solo (Goldmund et Helios), Keith Kennif en vient même à quasi-synchroniser leurs sorties respectives. C’est ainsi qu’en 2015, deux mois seulement séparaient les albums de ces deux entités, restées muettes depuis, jusqu’à cette année 2018 où, en quatre mois, l’États-Unien nous offre donc un long-format de Goldmund et un autre d’Helios. Si l’album paru au printemps ne tranchait pas fondamentalement avec le reste de la discographie de Goldmund, il en va différemment pour ce Veriditas : tout d’abord, le musicien change de label (quittant son propre Unseen Records pour Ghostly International, structure à la visibilité plus forte) et, surtout, opte pour une ambient faite de conjonctions de nappes et textures.

Exeunt donc les boucles de guitare acoustique qui magnifiaient jusqu’alors les publications d’Helios et leur permettaient de naviguer entre electronica et post-rock. À la place, Kennif préfère travailler sur des paysages sonores et des atmosphères, tout juste rehaussées par la rare présence de quelques notes de clavier (Dreams, Silverlight). Un très joli chromatisme peut être ainsi mis en place, notamment quand il s’agit de confronter petites touches lumineuses à des arrière-plans plus granuleux et tourmentés (Even Today).

Pour majorité cependant, Veriditas reste sur un schéma conjuguant accords tenus et plages continues, dans un registre ambient un peu conservateur (Seeming, North Wind, Mulier). Afin de ne pas se faire trop évaporé et évanescent, Helios sait néanmoins proposer quelques basses plus sourdes (Eventually) ou bien opposer des souffles un peu inquiétants aux seuls arpèges de six-cordes acoustique du disque (Upward Beside The Gale). Mais c’est quand même une déception certaine qui nous parcourt à l’écoute de ce nouvel album, résultant assurément à la fois de l’attente créée en nous par ce disque et, en parallèle, de la forme de conformisme dans lequel il évolue.

François Bousquet
le 01/10/2018

À lire également

Solvent
Elevators & Oscillators
(Ghostly International)
Lusine
A Certain Distance
(Ghostly International)
Mint Julep
Broken Devotion
(Unseen Records)
Goldmund
The Malady of Elegance
(Type)