Festival Soy #16 : Martina Lussi

 date du concert

03/11/2018

 salle

Musée d’Arts,
Nantes

 tags

Festival Soy #16 / Martina Lussi / Musée d’Arts

 liens

Musée d’Arts
Martina Lussi
Festival Soy #16

 dans la même rubrique
08/11/2018
Drone À Clochettes
(Alimentari)
04/11/2018
Festival Soy #16 : Keith Fullerton Whitman
(Musée d’Arts)
01/11/2018
Festival Soy #16 : Anne Müller / Saåad
(Museum d’histoire naturelle)
24/10/2018
Wako
(Maison de Norvège)

Lors de notre recension de l’album de Martina Lussi, paru il y a un an, nous concluions notre chronique en imaginant un prochain passage de la musicienne à Présences Électronique. En vérité, c’est à une autre manifestation estimée de ces pages qu’on put apprécier la Suissesse en concert, avec cette venue au Festival Soy, pour une prestation donnée dans une des salles d’art moderne du Musée d’Arts de Nantes, installée devant un grand Soulages comme l’étaient l’an passé Accident du Travail et Carl Stone.

JPEG - 75.9 ko

Peu avant 16 heures, devant un public assis sur des coussins et qui avait rempli à plein l’espace (caractéristique récurrente des concerts de cette seizième édition, quasiment tous complets), Martina Lussi lança ses éléments, tous issus de son laptop et de ses machines, pour mettre en place des nappes opaques. La présence de beaucoup d’explosions, de coups sourds et de grondements, posés sur ces textures sombres, froissa certaines personnes, parmi le public familial, qui quittèrent alors les lieux et ne dépassèrent donc pas ce premier quart d’heure, un peu trop uniforme.

Par la suite, l’apparition d’une mélodie ou d’une rythmique, propres à faire un peu dodeliner de la tête, conforta ceux qui étaient restés et permit au set de pleinement démarrer. De même, l’introduction de notes de guitare basse et de quelques accords grattés de guitare électrique préparée travailla l’aspect inquiétant de l’ensemble. Il en fut pareillement avec les bribes vocales, quand bien même le dernier mot du concert fut « ok ». Au total, pour reboucler avec notre chronique de disque, ces quarante minutes nous laissèrent l’impression identique que la jeune femme se faisait plus intéressante quand elle se situait aux frontières de la techno minimaliste et de l’expérimentation que dans une ambient un rien convenue.

François Bousquet
le 08/11/2018

À lire également

04/11/2018
Festival Soy #16 : (...)
(Musée d’Arts)
01/11/2018
Festival Soy #16 : (...)
(Museum d’histoire naturell)
Martina Lussi
Selected Ambient
(Hallow Ground)