Eternell

Still Light

(Sound in Silence / Import)

 date de sortie

30/09/2018

 genre

Rock

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Eternell / Sound in Silence

 liens

Sound in Silence

 autres disques récents
Adam Basanta
Intricate Connections Formed Without Touch
(Kasuga Records)
Geir Sundstøl
Brødløs
(Hubro)
Axel Rigaud
Transformation
(n5MD)
James Murray
Landscapes Of Lovers
(Fluid Audio)

Musicien dont nous n’avions jamais encore entendu la moindre note jusqu’alors, Eternell fait partie de ces projets ambient qui publient énormément (il s’agit de son onzième album depuis 2014), notamment grâce aux facilités offertes par la publication digitale. Au surplus, le Suédois masqué derrière ce pseudonyme compte, en parallèle, huit (!) autres projets solo même si celui dont il est question ici s’avère le plus prolifique. Avec leurs nappes, leurs petites notes de guitare évanescente, leurs vocalises éthérées et leur atmosphère de demi-jour, ces compositions trouvent une place parfaitement indiquée chez sound in silence, label particulièrement familier de ce type de propositions.

Avec ses trois morceaux pour soixante-treize minutes au total, Eternell fait donc le choix de s’étendre dans la durée, option probablement la plus pertinente pour permettre à l’auditeur de se plonger avec délectation dans ces entrelacs de post-rock-ambient, se laissant bercer par ce qui reste de lumière et pouvant laisser son imagination divaguer (pour reboucler avec le titre du disque et son visuel de pochette). Comme de coutume avec ce registre, la conjonction des nappes et des tremblotements de guitare génère un sentiment chaleureux et réconfortant qui nous conduit à considérer que la meilleure manière d’écouter Still Light est peut-être de s’allonger, façon « sieste musicale ».

Naturellement, la limite de ce répertoire réside dans le sentiment que chaque morceau pourrait identiquement durer huit ou trente-et-une minutes, dès lors que l’évolution se révèle, finalement, être assez contenue. La prolificité de Ludvig Cimbrelius accréditant également ce point de vue, on peut soit faire le ronchon et regretter une forme d’écriture automatique, soit choisir un lâcher-prise et profiter sans arrières pensées de ce beau disque. Choisissons donc la seconde option.

François Bousquet
le 11/12/2018

À lire également

Crisopa
Transhumante
(Sound in Silence)
The Declining Winter
Endless Scenery
(Sound in Silence)
con_cetta
Origine
(Sound in Silence)
Styrofoam
We Can Never Go Home
(Sound in Silence)