Franz West

 date

du 12/09/2018 au 10/12/2018

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Pompidou / Franz West

 liens

Centre Pompidou

 dans la même rubrique
du 15/01/2019 au 23/02/2019
Poésie Prolétaire
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 17/10/2018 au 06/01/2019
Tomás Saraceno : On Air
(Palais de Tokyo)
du 10/10/2018 au 31/12/2018
Prix Marcel Duchamp 2018
(Centre Pompidou)
du 20/09/2018 au 09/12/2018
Elad Lassry
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)

Décédé il y a quelques années, Franz West est probablement certainement connu pour ses grandes sculptures monumentales, à l’image de cette sorte d’énorme boudin rose qui trône dans le hall du Centre Pompidou. La monographie hébergée au sixième étage du bâtiment, pour trois mois, permet d’aller au-delà de cette pratique, et notamment de constater que l’Autrichien s’est plu, tout au long de sa carrière, à déconstruire le dispositif muséal : socles parfois faits à la va-vite, sculpture soutenant un socle, propositions entre sculptures et meubles, etc…

JPEG - 46.3 ko
3 Passstücke
(courtesy Centre Pompidou)

Voyageant dans un parcours assez ouvert et plutôt chronologique, le visiteur peut ainsi prendre conscience de l’évolution du travail de Franz West, et l’accent mis par la rétrospective sur ses collaborations et influences : présence de bibliothèques avec ses ouvrages de référence, multiples œuvres réalisées en commun avec d’autres artistes, nombreuses affiches d’expositions collaboratives, etc… Marqué également par un attachement au participatif, le geste du plasticien ne se trouve pas complètement relayé par l’institution parisienne : les Passstücke (ces sortes de prothèses amovibles censées se raccorder au corps des visiteurs) ne se manipulent qu’avec les médiateurs, on ne peut s’asseoir (hormis trois Cool Books, ces anneaux roses en aluminium, et trois Knotzen) sur aucune des sculptures-meubles. Difficulté habituelle de ce type d’exposition, cette limite génère une distance au spectateur qui s’avère finalement antinomique.

JPEG - 58.3 ko
Vue de l’exposition

Sur le plan stylistique, la production de l’Autrichien se distingue, en parallèle, par un travail assez épais, ou trivial si l’on veut être moins sévère, dans l’ensemble : matière première mal dégrossie (papier mâché et plâtre), trait peu soigné, compositions grossières, collages très bruts, tons bruns, moutarde ou ocre et récurrence de la thématique « digestive » (à l’image de Rrose/Drama, mentionnée plus haut, comme une modélisation de l’intestin). À force, et sans nécessairement se faire un ardent défenseur de la ligne claire et d’une esthétique épurée et hygiéniste, cette accumulation n’aida pas l’adhésion au propos.

Itinérance de l’exposition :
- du 20 février au 12 mai 2019 : Tate Modern, Londres

François Bousquet
le 05/12/2018

À lire également

11/04/2009
Sierra Casady et Gaël (...)
(Centre Pompidou)
du 07/05/2008 au 11/08/2008
Traces du Sacré
(Centre Pompidou)
du 03/11/2010 au 07/11/2010
Big Bang
(Centre Pompidou)
du 23/09/2015 au 01/02/2016
Dominique Gonzalez-Foerst
(Centre Pompidou)