Elad Lassry

 date

du 20/09/2018 au 09/12/2018

 salle

Le Plateau / FRAC Île-de-France,
Paris

 appréciation
 tags

Elad Lassry / Le Plateau / FRAC Île-de-France

 liens

Le Plateau / FRAC Île-de-France

 dans la même rubrique
du 10/10/2018 au 31/12/2018
Prix Marcel Duchamp 2018
(Centre Pompidou)
du 12/09/2018 au 10/12/2018
Franz West
(Centre Pompidou)
du 27/09/2018 au 01/12/2018
Lucile Littot : Bons Baisers de la French Riviera
(Galerie Édouard-Manet)
du 11/09/2018 au 27/10/2018
Le Vingtième Prix de la Fondation d’Entreprise Ricard
(Fondation d’entreprise Ricard)

Dans un Plateau largement délesté de ses cloisons, le plasticien Elad Lassry dispose plusieurs photographies et quelques sculptures. Pour les premières, l’Israélien opte souvent pour un format 40x30, présenté à la même hauteur, de la même manière, forçant le spectateur à une certaine attention pour distinguer les caractéristiques des natures mortes, qui occupent une bonne partie des cimaises. Souvent pris en gros plan, ou bien avec un cadrage qui nécessite une petite accommodation avant d’être identifiés, les objets considérés se trouvent alors quasiment déconcrétisés : paire de skis, chaussures de ski, intérieur de voiture accidentée, etc…

JPEG - 31.6 ko
Vue de l’exposition

Natures mortes, ces tirages ne le sont pas complètement, en vérité, puisqu’une forme de présence humaine apparaît, en « post-production » puisqu’Elad Lassry offre un travail plastique rehaussé à ces clichés : les photographies en noir et blanc sont pourvues de traits de peinture blanche qui recouvrent certaines parties du format, des objets sont intégrés au cadre ou au verre (corde en plastique bleu, cônes métalliques, etc…). Ces ajouts constituent une véritable singularisation du travail de l’Israélien, davantage en tout cas que les constructions hybrides, faites de l’association d’un coussin et d’un compresseur d’air.

À côté de ces séries de photographies, Elad Lassry en propose une autre, dans laquelle trois femmes sont saisies dans une esthétique proche des tirages de mode (cheveux tirés en arrière, maquillage marqué, tenue apprêtée, moue des modèles) mais avec un léger décalage dans l’attitude des personnages qui, là encore, interroge le regardeur.

François Bousquet
le 03/12/2018

À lire également

du 06/06/2013 au 28/07/2013
Une Préface
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 07/06/2012 au 29/07/2012
Le Mont Fuji n’existe (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 18/05/2017 au 23/07/2017
Kaye Donachie : Sous (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 19/01/2017 au 16/04/2017
Strange Days
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)