Adam Basanta

Intricate Connections Formed Without Touch

(Kasuga Records / Import)

 date de sortie

09/11/2018

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Electroacoustique

 appréciation

 tags

Adam Basanta / Electroacoustique / Expérimental / Kasuga Records

 liens

 autres disques récents
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)
V/A
Cottage Industries 8
(Neo Ouija)
Snow Palms
Everything Ascending / Circling (EP)
(Village Green)

En même temps qu’une tournée en duo avec Jason Sharp (ce saxophoniste signé sur Constellation) et à laquelle nous n’avons pu assister, Adam Basanta publiait un album solo. Connu pour ses travaux électroacoustiques, comme pour ses propositions plastiques, le Canadien s’attache ici à livrer six morceaux et un remix dans lesquels les improvisations de sa guitare sèche se trouvent découpées, remontées et agrémentées de divers apports.

Comme souvent dans ce registre, les interventions de l’instrument acoustique prennent plus ou moins de place, et sont plus ou moins perdues dans les expérimentations électroniques. C’est ainsi qu’on passe d’un morceau où les cordes de la guitare sont très identifiables (le morceau-titre, qui ouvre l’album) à une piste beaucoup plus ambient, dans laquelle affleure à peine le nylon et le métal de la six-cordes (Flora & Fauna), puis à une autre plus abstraite et remplie de glitchs (Joy).

Les tapotements ici présents peuvent, au regard des conditions d’enregistrement de cet album, être lus comme des petites frappes d’Adam Basanta sur les cordes de sa guitare, captées par ses micros et retraitées par la suite. En vérité, on se rend alors compte que, plus le musicien s’écarte de son postulat de départ, plus il se fait pertinent, à l’image de 1000 Tunnels et sa confrontation entre pépiements électroniques et petites bribes mélodiques, jouant habilement sur le caractère aigu des sonorités convoquées.

Forts d’un tel déroulé, nous ne serons pas surpris de parvenir au remix de Flora & Fauna, intitulé Alien Architecture, où la présence de la batterie de Kai Basanta donne encore davantage de corps à l’ensemble.

François Bousquet
le 18/01/2019