System

Plus

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

09/11/2018

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Dub Tractor / Electronica / Morr Music / Opiate / System

 liens

System
Dub Tractor
Morr Music

 autres disques récents
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)
V/A
Cottage Industries 8
(Neo Ouija)
Snow Palms
Everything Ascending / Circling (EP)
(Village Green)

Comme plusieurs autres acteurs de la scène electronica des années 1990 et 2000, les trois Danois de System font des apparitions par éclipses, proposant un album tous les huit ans sous ce nom (il s’agit ici de leur troisième long-format après un en 2002 et un en 2010), un album de Future 3 isolé en 2014 après une grosse douzaine d’années sans publication et une sortie en tant que People Press Play en 2007 (leur groupe formé avec Sara Savery) non suivie d’autres disques. En parallèle, leurs projets solos les plus connus (Dub Tractor pour Anders Remmer, Acustic pour Jesper Skaaning et Opiate pour Thomas Knak) sont au point mort, laissant penser que les musiciens sont passés à autre chose. C’est donc avec un grand intérêt qu’on les retrouve, pour un disque naturellement publié sur Morr Music, label qui a accompagné l’émergence de cette sphère electronica à l’époque.

Pour ce nouveau long-format, les Danois ont collaboré avec l’omniprésent Nils Frahm, croisé par Thomas Knak à la sortie d’un concert de l’Allemand à Copenhague. Des échanges verbaux et musicaux entre les quatre hommes les ont conduits sur plusieurs pistes : partir d’esquisses de System et laisser Frahm les compléter au piano, revenir à l’electronica-dub, faite de clicks’n’cuts, de leurs débuts, ou encore saisir des enregistrements du Berlinois au piano, synthé et orgue et les agrémenter d’interventions électroniques. Au final, c’est cette troisième option qui fut retenue, ce qui explique que la participation du piano soit souvent réduite à quelques notes ou lignes mélodiques répétées, façon mantra itératif, tandis que les nappes, textures et fourmillements électroniques densifient avantageusement les morceaux considérés (Open, Gebiet, Piste, Minus, Frem, le morceau-titre).

Alors que la conjonction entre les apports respectifs des uns et de l’autre s’avère souvent assez empreinte d’une certaine discrétion, une volonté orchestrale plus affirmée peut naître, en ressuscitant, par exemple, des sonorités directement issues des années phares de l’electronica portée par Morr Music (Piste), en façonnant une délicate polyrythmie (Minus) ou bien en conjuguant les strates de « vents électroniques » (Ferm). À côté de ces propositions, on trouvera aussi des titres sur lesquels la participation de Frahm est plus lointaine, à peine perceptible, laissant les seuls Danois opérer pour une electronica assez minimale (Drift) ou qui retrouve ses teintes micro-dub d’il y a quinze ans (les pulsations à la manière d’un sonar d’Add).

François Bousquet
le 22/01/2019

À lire également

Bernhard Fleischmann
Angst Is Not A Weltanschauung !
(Morr Music)
12/02/2016
Soirée Morr Music : (...)
(Petit Bain)
Phonem
Ilisu
(Morr Music)
Benjamin Gibbard & Andrew Kenny
Home EP Vol. V (EP)
(Morr Music)