Cyril Secq + Sylvain Chauveau

Minimal Guitar

(Eilean Records / Import)

 date de sortie

11/11/2018

 genre

Rock

 style

Acoustique

 appréciation

 tags

Acoustique / Eilean Records / Sylvain Chauveau

 liens

Sylvain Chauveau
Eilean Records

 autres disques récents
Amp
Entangled Time
(Sound in Silence)
Joel Tammik
Imaginary Rivers
(TXT Recordings)
Ambidextrous
Echoes Of Science
(Fantasy Enhancing)
The Gentleman Losers
Make We Here Our Camp Of Winter
(Sound in Silence)

Au cœur de son riche automne discographique dont ces pages ont prévu de relater toutes les stations, Sylvain Chauveau livre une publication en duo, aux côtés de Cyril Secq. Connu comme fondateur d’Astrïd, groupe dont on apprécie grandement les travaux et qui avait déjà partagé l’affiche avec Chauveau pour quelques concerts, le musicien était donc parfaitement indiqué pour former ce duo de circonstance, destiné à opérer autour de la guitare acoustique dépouillée (comme l’annonce l’intitulé assez programmatique du disque).

Dans la lignée de quelques albums de Sylvain Chauveau travaillant à la déconstruction du format « chanson », ce Minimal Guitar se veut très sec dans sa construction (sept morceaux pour vingt-huit minutes), quasi-monacal dans son instrumentation (des bribes de six-cordes jouées en finger-picking, presque jamais de superpositions des guitares, une note tenue issue d’un transistor) et austère dans son chant (limité à une forme de parlé-chanté sur le seul morceau où il apparaît). Alors que cinq des sept morceaux ne comptent pas d’autres intitulés que leurs positions dans la tracklist, une reprise d’Eurythmics se niche au milieu de l’album. Difficilement reconnaissable, Don’t Ask Me Why s’avère une manifestation parfaite de la capacité des deux Français à réduire à l’os production et enrobage.

À force d’élégance mais aussi d’ascèse, l’auditeur peut éprouver une forme d’ennui poli, face à un exercice de style, certes loin de toute recherche d’efficacité, mais qu’on pourrait taxer, à l’inverse, d’une forme de facilité. Avec son économie légère (les disques du label Eilean Records sont toujours limités à moins de 200 exemplaires) et son caractère unique (packaging fait à la main), la sortie d’une telle proposition sur la structure française répond, en effet, aux attentes des fidèles des deux musiciens, tout en offrant une petite variation par rapport à leurs parcours habituels. Pour notre part, nous préférerons donc, une fois ce disque écouté, nous tourner vers leurs autres publications.

François Bousquet
le 23/01/2019

À lire également

31/05/2002
Micro:mega
(Glaz’Art)
05/07/2011
Sleepingdog / Dan Matz /
(Espace B)
V/A
Eleven Into Fifteen
(130701)
Sylvain Chauveau
How To Live In Small Spaces
(Brocoli)