Western Edges

Prowess

(Sound in Silence / Import)

 date de sortie

10/04/2019

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Sound in Silence / The Declining Winter / Western Edges

 liens

Sound in Silence
The Declining Winter

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

Alors qu’on avait fait part de nos réserves lors de la recension du dernier album en date de The Declining Winter, Richard Adams revient déjà, sept mois après ce long-format, mais sous une autre appellation. En effet, non content de se montrer assez productif avec le pseudonyme précité, l’Anglais développe un projet plus ambient, sous le nom de Western Edges, dont Prowess est le premier effort, publié sur sound in silence. Alors qu’on ne s’attendait pas forcément à grand-chose, à la fois compte tenu de la circonspection avec laquelle on a reçu quelques-unes des dernières sorties du label grec, et de notre souvenir des derniers travaux du Britannique, donc, ce court disque (vingt-six minutes) fait montre de plusieurs qualités.

La première pourrait être sa modestie et sa discrétion, cumulées avec une forme de retenue dans l’instrumentation. De fait, quand The Declining Winter déploie, jusqu’à la caricature, les mêmes mesures de guitares arpégées chargées de structurer les morceaux, Western Edges opte majoritairement pour un minimalisme bienvenu, juxtaposant tout simplement quelques accords de six-cordes et couches de synthé. Ensuite, histoire de ne pas laisser l’auditeur s’assoupir face à ce schéma très classique, Richard Adams propose, au milieu et vers la fin de l’album, deux titres scandés par des rythmiques soutenues (Solid Gold Soul, Very Good On The Rushes). Avec leurs colorations un peu lo-fi (on ne se refait décidément pas), le Britannique trace un trait pertinent entre ce nouveau pseudonyme et ses vies antérieures.

Enfin, pour clôturer le disque, Absence s’étale sur sept minutes (contre trois minutes environ pour les sept premiers titres), joue sur la stéréo des nappes, et introduit des pulsations sourdes et lointaines puis une basse très régulière, soit un registre assez différent du reste de l’album, confirmation de la pertinence de ce projet.

François Bousquet
le 21/05/2019

À lire également

09/04/2009
The Declining Winter (...)
(Pop In)
Fjordne / stabilo
Andrew
(Sound in Silence)
06/05/2002
Hood / M83
(Café de la Danse)
Yellow6
About The Journey
(Sound in Silence)