Zachary Paul

A Meditation On Discord

(Touch / Import)

 date de sortie

12/04/2019

 genre

Rock

 style

Expérimental / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Expérimental / Néo-Classique / Touch / Zachary Paul

 liens

Touch

 autres disques récents
Markus Mehr
Dyschronia
(Hidden Shoal Recordings)
Asfast
Peace In Drifts
(Ventil)
Giulio Aldinucci & Francis M. Gri
Segmenti
(KrysaliSound)
Yann Novak
Surroundings
(Line)

Violoniste déjà croisé sur Touch pour avoir officié sur un album de Simon Scott, Zachary Paul sort logiquement son premier album solo sur le label anglais. Constitué de trois longs morceaux (trente-et-une minutes pour le premier, entre dix et douze minutes pour les deux autres), A Meditation On Discord permet de retrouver le violon en majesté, tout juste auréolé de quelques apports électroniques. Afin de varier un peu le propos, le musicien californien officie évidemment par samples et strates superposées, mais module également l’accordage de son instrument.

C’est ainsi que, sur Premonition (3:30pm Lake Perris) I Rays II Clouds, il a baissé d’un ton les deux dernières cordes de son violon, de telle sorte que seules deux notes (sol et ré), à une octave d’écart, soient disponibles. Par suite, quand il appose ses doigts sur le manche de son instrument, il en résulte une forme de redondance qui apporte chaleur et profondeur aux mélodies, comme si plusieurs participants jouaient en même temps la même note. Plus loin, dans le même morceau, l’empilement des couches de violon favorise une double prise en charge : d’un tapis sonore plus uniforme et continu, d’une part, et de notes plus aigües, dévolues à une destinée plus mélodique, d’autre part. En bonne partie improvisée, cette demi-heure conduit l’auditeur à divaguer, au gré des flux et reflux des interventions même si, passées les vingt premières minutes, on se trouve presque face à une sorte de musique expérimentale, entre couinement et sifflement.

À cette aune, les deux morceaux suivants se font plus traditionnels, accueillant une nappe électronique en arrière-plan et un concours du violon partagé entre appuis longs et petits frémissements. Seule la seconde moitié d’A Person With Feelings (Original Score) se fait un peu différente, introduisant des triturations et percées perturbatrices, soit des composantes peu attendues pour une musique de film, fût-il court et abstrait.

François Bousquet
le 24/05/2019

À lire également

Fennesz + Sakamoto
Flumina
(Touch)
Hazard / Fennesz / Biosphere
Light
(Touch)
Fennesz
Seven Stars
(Touch)
Oren Ambarchi
Audience of One
(Touch)