Angelina Yershova

CosmoTengri

(Twin Paradox / Import)

 date de sortie

18/04/2019

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

Angelina Yershova / Expérimental / Twin Paradox

 liens

 autres disques récents
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)

Compositrice kazakhe, pays dont ces pages évoquent pour la première fois un(e) musicien(ne), Angelina Yershova en est à son cinquième album et officie dans un registre grâce auquel on la verrait bien intervenir une année lors du festival Présences Électronique. Pour le moment, c’est face à un disque qu’on se trouve donc, ensemble mêlant électronique un peu tourmentée et introductions d’éléments davantage rattachés au folklore de son pays (présence de kil kobyz et kobyz, soit deux instruments semblables à des luths et typiques de ces régions d’Asie centrale).

La rencontre entre leurs sonorités, les rythmiques synthétiques et quelques vocalises crée des morceaux qui oscillent alors entre travail expérimental, porté sur les atmosphères un peu inquiétantes (Korgau, le morceau-titre, Khan Tengri), et temps plus légers, aux pulsations emballantes (Tumbleweed). Accompagné du musicien et poète Gulzhan Amanzol, Angelina Yershova se préoccupe du devenir de la Terre, et les ambiances sombres, parcourues de mini-explosions et de voix détimbrées, comme spectrales, n’annoncent rien de très rassurant quant à son espoir pour notre planète.

Assumant quelques inflexions dub (les coups percussifs de Jelsiz Jel ou, dans une moindre mesure, ceux de Ecstatic Dance), la jeune femme en profite pour accentuer encore l’aspect pré-apocalyptique de ses productions. Ces moments viennent alors heureusement contrebalancer un peu la dimension trop obscure et étale des autres titres, manière de dire qu’on peut aussi danser sur des ruines…

François Bousquet
le 04/06/2019