Arovane + Porya Hatami

C.H.R.O.N.O.S.

(Karl Records / Import)

 date de sortie

26/04/2019

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental

 appréciation

 tags

Ambient / Arovane / Expérimental / Karl Records / Porya Hatami

 liens

Arovane
Karl Records

 autres disques récents
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)

Il est impressionnant de constater qu’après tant d’années sans donner signe de vie, Arovane multiplie à présent les sorties, souvent collaboratives, livrant ainsi plusieurs albums par an, en plus de quelques formats courts. C’est ainsi que son duo avec Porya Hatami connaît une troisième déclinaison, pour la troisième année consécutive, avec, à nouveau, une légère évolution stylistique. De fait, alors que leurs deux premiers efforts, recensés tous deux sur ces pages, évoluaient dans des registres respectivement néo-classique et ambient très minimal, ce C.H.R.O.N.O.S. déploie une forme plus riche, travaillée autour de morceaux plus longs.

Oscillant au-dessus des sept minutes en moyenne, chacun des cinq morceaux de cet album (publié en vinyle et en format digital) voit les deux musiciens superposer des bribes instrumentales, soit assez abrasives et rêches (grésillements, synthèse granulaire), soit plus fragiles dans leur élocution (notes de clavier malhabiles, petites touches chromatiques, nappes lumineuses). Naturellement, il serait facile d’imaginer que Porya Hatami serait à l’origine des premières, tandis qu’Arovane se chargerait des secondes ; mais les récentes propositions de l’Allemand peuvent également conduire à penser que chacun a pris part à l’ensemble du disque. Cette convergence de vues se retrouve alors dans l’homogénéité d’un album fort bien construit et cohérent.

À ce titre, comme souvent, la durée des morceaux favorise une montée en puissance progressive au sein de chaque titre, voyant, par exemple, poindre doucement des crépitements et bruissements qui vont jusqu’à recouvrir les autres éléments avant de s’effacer (Catenoid). De même, le passage d’un titre à l’autre encourage la convocation de composantes un peu différentes, à l’image des particules micro-industrielles de Cissoid, subtilement rejointes par des gouttelettes aquatiques, manière d’affirmer que la nature viendra nécessairement recouvrir toute création humaine.

François Bousquet
le 14/06/2019

À lire également

14/11/2014
Transient Festival (...)
(Mains d’Oeuvres)
V/A
Hotel Stadt Berlin
(a.d.s.r., City Centre Offices, Din, Hey Records, Lux Nigra, Morr Music)
V/A
Lux Nigra Allstars
(Lux Nigra)
Arovane
Ve Palor
(n5MD)