Cri et Ga cherchent la Paix

 auteur

Philippe Minyana

 metteur en scène

Frédéric Margnani

 date

du 20/03/2013 au 28/04/2013

 salle

Théâtre du Rond-Point,
Paris

 appréciation
 tags

Philippe Minyana / Théâtre du Rond-Point

 liens

Théâtre du Rond-Point

 dans la même rubrique
du 08/10/2017 au 20/12/2017
Criminel
(Manufacture des Abbesses)
du 27/11/2017 au 04/12/2017
Fruits of Labor
(Nouveau Théâtre de Montreuil)
du 06/11/2017 au 21/11/2017
Mon Amour Fou
(Théâtre de la Cité Internationale)
du 15/11/2017 au 02/12/2017
Eddy Merckx a marché sur la Lune
(Théâtre Paris-Villette)

Intéressé par la figure de Gaëtan Vourc’h, ce grand acteur maigre, à l’allure mi-ahurie mi-lunaire, vu dans chaque spectacle de Philippe Quesne, on attendait de voir ce qu’il pouvait donner dans une production d’un autre auteur. C’est dans ce contexte qu’on se rendait au Théâtre du Rond-Point pour le voir, aux côtés de Christophe Huysman, jouer un texte de Philippe Minyana. Courte forme, constitué d’une dizaine de saynètes, Cri et Ga cherchent la Paix voit les personnages errer dans un pré, un verger, un hameau, un bois et… ne rien y faire. En vérité, ce n’est pas tellement ce vide qui nous dérangea en tant que tel, car il peut s’avérer productif et générer une forme d’absurde. Ici, on sent que cette tentation est parfois là, ainsi qu’affleurent également quelques thématiques comme la fraternité ou la famille que recherchent, ou qui s’impose, aux deux héros.

Pour autant, l’ensemble se trouve noyé dans une langue se complaisant dans un registre resté au stade anal ; là encore, il ne s’agit pas de repousser par principe ce qui peut, sans forcément convoquer les romans rabelaisiens, être un vrai style, mais Minyana n’en fait rien d’autre qu’une vague béquille régressive. En outre, le texte n’est pas aidé par une direction d’acteurs conduisant à un surjeu des comédiens (mimiques forcées, voix haut perché, maniérisme), notamment Huysman et Juliette Savary, qui interprète plusieurs des personnages que croisent Cri et Ga. Reste la mise en scène que Frédéric Margnani nous annonce, dans le programme de salle, comme « un laboratoire de bric et de broc avec trouvailles astuces » ; en vérité, cela se résume principalement à un panneau mobile qui va et vient pour découvrir quelques accessoires tandis qu’à l’avant-scène, côté jardin, quelques fruits figurent le verger. Fort heureusement, le spectacle ne dure qu’une heure et s’oublie alors aussi vite qu’il est vu.

Autres dates :
-  du 21 au 25 mai 2013 : Théâtre de la Renaissance - Oullins

François Bousquet
le 24/04/2013

À lire également

du 24/05/2012 au 03/06/2012
Un Mage en Été
(Théâtre du Rond-Point)
du 15/10/2009 au 14/11/2009
Sextett
(Théâtre du Rond-Point)
du 07/11/2014 au 06/12/2014
Trente-Six Nulles de (...)
(Théâtre du Rond-Point)
du 29/04/2009 au 30/05/2009
Oxu
(Théâtre du Rond-Point)